septembre 25, 2021 12:47 PM

Canada, la source numéro 1 de minéraux précieux pour les États-Unis

Les États-Unis souhaitent encourager ses sociétés minières ainsi que ses fabricants de batteries à développer encore plus leurs activités au Canada. Elle compte sur son allié de tous les temps pour augmenter sa production de VE, afin de compenser la concurrence des fabricants chinois. Les partenariats se multiplient pour favoriser la création d’une chaîne d’approvisionnement.

/ Publié le mars 23, 2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Février dernier, le premier ministre canadien Justin Trudeau et le président américain Joe Biden ont conclu un accord visant à créer une chaîne d’approvisionnement en Véhicule électrique (VE) entre les deux pays. Il s’en est suivi l’organisation d’un consortium composé du ministère américain du commerce et d’une trentaine de sociétés minières et de fabricants de batteries (Tesla, Talon Metals Corp et Livent Corp…), ainsi qu’une réunion virtuelle qui traitait de la façon dont le Canada pourrait stimuler sa production de matériaux nécessaires à la fabrication de VE. L’enjeu est clair ! Les États-Unis souhaitent encourager ses sociétés minières ainsi que ses fabricants de batteries à développer encore plus leurs activités au Canada. Les américains commencent à regarder au-delà de leurs frontières en raison de la forte opposition à plusieurs grands projets miniers aux États-Unis.

Les États-Unis se tourne vers son voisin du nord pour contrer la concurrence chinoise

Alors que les deux pays sont membres de l’initiative de gouvernance des ressources énergétiques – qui leur permet de s’échanger abondamment leurs expériences mais surtout leurs ressources minières – les États-Unis n’imposent aucun droit de douane sur les métaux de batteries ou pièces de VE importées du Canada. Face à la demande croissante des transports sans émissions, les États-Unis compte sur son allié de tous les temps, le Canada, pour augmenter sa production de véhicules électriques afin de compenser efficacement la concurrence des constructeurs automobiles chinois. Les entreprises américaines au Canada vont alors mettre en place une solide chaîne d’approvisionnement. L’Ontario et le Québec vont connaître la construction d’usines de fabrication de cellules de batteries, ainsi que la création d’un pont industriel avec les constructeurs automobiles américains – essentiellement situé dans l’Ohio et le Michigan.

Les américains peinent…  Les canadiens viennent à la rescousse

Au moment où l’exploitation minière contribue à 5% au produit intérieur brut (PIB) canadien, elle ne constitue que 0,9% du PIB américain. Ce domaine est un vecteur important de l’économie du Canada : le pays est capable de fournir 13 des 35 minéraux considérés comme essentiels pour les batteries des VE, même aussi pour le domaine de la défense américaine. Le ministre canadien des ressources naturelles a déclaré à Reuters : « Les États-Unis savent que nous sommes pour eux la source d’importation de métaux la plus sûre et la plus résiliente », des propos qui prouvent l’importance de la collaboration américano-canadienne à ce niveau.

Des deals à n’en plus en compter !

La dynamique que connaît la production des VE poussent les sociétés situées en Amérique du nord à tisser des liens stratégiques afin d’accentuer leur production. Les partenariats et les investissements se multiplient dans les deux sens pour favoriser la création de cette fameuse chaîne d’approvisionnement, comme convenu entre M. Trudeau et M.Biden. La société canadienne First Cobalt, et comme son nom l’indique, construit l’unique raffinerie de cobalt du continent. Une initiative économique et industrielle qui a vraisemblablement une dimension humanitaire, puisque l’approvisionnement en Cobalt a été longtemps en provenance de la République démocratique du Congo, où frappe le fléau du travail des enfants. D’un autre côté, Livent et Pallighurst se sont associés pour acheter la plus grande mine de lithium du continent. Située au Nemaska au Québec, cette mine va approvisionner principalement l’allemand BMW et l’américain Tesla.

Et l’environnement dans tout ça ?

Alors que les défenseurs de l’environnement américains barrent la route aux acteurs de l’industrie minière (dont dépend le secteur automobile) pour opérer une expansion locale, on dirait que les militants canadiens n’arrivent toujours pas à faire entendre leurs voix et exercer une pression sur le gouvernement. Il faut dire également que les mines canadiennes ajoutent également un attrait écologique à leurs projets : nombreuses d’entre elles se présentent comme respectueuses de l’environnement et promettent d’utiliser de l’énergie hydroélectrique pour réduire leurs émissions de carbone. Le monde se heurte à une réalité : on ne peut pas arriver à une généralisation des transports écologiques sans s’appuyer sur l’exploitation minière !

__

(Image présentée par Julia Volk via Pexels)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.