septembre 25, 2021 12:37 PM

L’exploitation des fonds marins voit les mineurs de métaux en batterie plonger à de nouvelles profondeurs

Si l'existence de minéraux sur les fonds marins est connue depuis longtemps, ce n'est que depuis quelques années que leur exploitation est devenue viable. En première ligne, la société canadienne DeepGreen promeut aujourd'hui l'exploitation minière des fonds marins comme une alternative efficace et respectueuse du climat à l'exploitation minière terrestre. Cependant, en tant que ressource du patrimoine commun de l'humanité, toutes les parties prenantes ne sont pas d'accord.

/ Publié le février 26, 2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

L’un des principaux moteurs de la croissance de l’exploitation de minéraux est actuellement le marché en plein essor des véhicules électriques (VE) et son appétit insatiable pour un océan de batteries. Mais on craint toujours qu’une pénurie de ces composants clés du stockage de l’énergie n’agisse de plus en plus comme un facteur limitant la croissance potentielle de la production de VE à court terme. Et si la pénurie de gigafactories et d’autres installations de production est à l’origine des problèmes les plus immédiats auxquels est confrontée l’industrie des VE, la construction de nouvelles usines est un problème facile à résoudre.

Les vrais problèmes, cependant, proviennent de tensions situées plus profondément dans la chaîne d’approvisionnement. En raison de la dépendance à l’égard de matières premières comme le cobalt et le lithium, la possibilité d’une pénurie imminente de ces minéraux clés est un sujet de préoccupation majeur. Les prix des métaux pour batteries ont déjà augmenté, car la production de VE consomme une part de plus en plus importante de l’offre mondiale et, dès 2022, l’offre de cobalt risque d’être déficitaire.

L’exploitation des fonds marins en haute mer pourrait mettre à jour un véritable océan de cobalt

Une idée qui circule en ce moment est la possibilité d’explorer le fond des océans comme source de cobalt. Cela se ferait par la récupération de ce que l’on appelle les nodules polymétalliques. Ces nodules polymétalliques sont des sources riches et concentrées de métaux de batteries qui peuvent être récupérées dans les fonds marins sans forage ni travaux d’excavation importants.

Parmi les partisans de cette méthode d’extraction du cobalt, on trouve la société canadienne DeepGreen, qui a déjà effectué des explorations préliminaires dans la zone de Clarion Clipperton (CCZ), située dans les eaux internationales entre Hawaï et le Mexique. Ici, en travaillant à des profondeurs allant jusqu’à 5 500 m sous le niveau de la mer, la mise en production lui permettrait de revendiquer le titre d’une des exploitations minières les plus profondes du monde, actuellement détenu par la mine d’or de Mponeng en Afrique du Sud à 4 000 m.

L’exploitation des fonds marins présenterait de nombreux avantages par rapport à l’exploitation minière terrestre

Les entreprises et les scientifiques qui font la promotion de l’exploitation des fonds marins comme alternative viable à l’exploitation minière terrestre ne se contentent pas de pointer du doigt l’océan comme autre lieu potentiel pour les ressources minérales. Plus qu’une autre source, les fonds marins sont cités par les promoteurs comme étant un moyen plus efficace et moins impactant d’extraire les ressources minérales de la terre.

L’un des avantages les plus prometteurs par rapport à l’exploitation minière terrestre traditionnelle est le fait que les nodules polymétalliques contiendraient 100 % de ressources minérales utilisables. Cela permet un traitement plus efficace et jusqu’à 99 % de déchets solides en moins lors du processus d’extraction des minéraux. Parmi les autres avantages cités, citons la déforestation zéro, la réduction spectaculaire des émissions de CO2 et la pollution zéro des rivières et/ou de la nappe phréatique environnantes. Cependant, tout le monde n’est pas convaincu par l’idée d’exploiter les fonds marins.

Les ressources minérales des fonds marins sont au “bénéfice de l’humanité tout entière”.

Si l’exploitation des fonds marins a certainement ses partisans, elle n’est pas non plus sans susciter une bonne part de résistance. Actuellement, Greenpeace – le plus virulent de ses opposants – est particulièrement préoccupé par l’octroi de licences à des sociétés privées pour le développement de ressources détenues en fiducie pour le patrimoine commun de l’humanité.

Cette notion de ressources du patrimoine commun, qui a été mentionnée pour la première fois dans la Convention de La Haye de 1954 et réitérée par la suite lors de la conférence des Nations unies sur le droit de la mer de 1958, constitue la base des réglementations actuelles régissant l’exploitation des ressources des fonds marins dans les eaux internationales. L’idée maîtresse de cette notion est que certaines ressources (comme l’espace extra-atmosphérique) doivent être détenues en fiducie pour le bénéfice commun de tous les êtres humains, et non pour le bénéfice d’une nation ou d’une société particulière.

Ainsi, Greenpeace et d’autres parties concernées s’opposent à l’octroi actuel de licences à une poignée de sociétés, qui ne doivent rechercher le parrainage que d’une petite poignée de nations commanditaires.

En outre, on s’inquiète de la capitalisation potentiellement faible de certains mineurs et de l’interaction entre sa juridiction d’origine et ses nations commanditaires (potentiellement beaucoup plus petites) – des nations qui peuvent être petites et déjà dépendantes de l’aide étrangère pour le financement de leurs propres besoins. Cela soulève des inquiétudes quant au fait que, dans l’éventualité de retombées importantes des activités minières des fonds marins, les éventuels détenteurs de responsabilité seraient incapables de remplir leurs obligations ou, pire encore, que personne ne se retrouve avec une responsabilité.

Risques réglementaires et environnementaux pour les mineurs des fonds marins

L’année dernière, l’Autorité internationale des fonds marins, mandatée par la CNUDM, a mis la dernière main à la réglementation sur l’extraction des ressources minérales des fonds marins. Il convient également de noter que le principe du patrimoine commun de l’humanité est encore très philosophique, malgré sa promulgation dans des conventions internationales. Cela ouvre une grande inconnue dans l’éventualité de futures contestations juridiques des opérations minières des fonds marins.

Les travaux purement académiques qui explorent le principe soulèvent encore plus de questions qu’ils n’apportent de réponses, et notent que les considérations relatives au patrimoine commun vont au-delà de la simple distribution des produits financiers de l’extraction des ressources. En effet, la portée potentielle des considérations englobées est extrêmement large et comprend des éléments tels que les considérations relatives aux impacts environnementaux et économiques du patrimoine commun sur une zone plus vaste. Un tel élargissement du champ d’application n’est rendu plus complexe que par d’autres développements, tels que l’intérêt actuel pour la colonne d’eau en tant que bien du patrimoine commun.

Et bien que DeepGreen ne reconnaisse pas clairement que de telles considérations sont considérées comme des menaces existentielles, l’accent qu’il met sur la nature “improductive” de la colonne d’eau de la CCZ dans ses communications est peut-être révélateur d’une démarche prophylactique. Avec les fortes réductions de la biomasse de l’océan Pacifique directement imputables à des activités de pêche soutenues au-delà des rendements durables, une extension du patrimoine commun de l’humanité à la colonne d’eau pourrait être problématique. Si les résultats des évaluations d’impact environnemental indiquent un certain impact sur la colonne d’eau au sens large, l’état “improductif” actuel de la colonne pourrait ne pas tenir beaucoup de place comme défense.

Y a-t-il un avenir pour l’exploitation minière des fonds marins ?

En supposant que les partisans de l’exploitation minière des fonds marins soient au moins quelque peu justes dans leurs affirmations selon lesquelles il s’agit d’une alternative plus propre à l’exploitation minière terrestre, il est tout à fait possible que l’exploitation minière des fonds marins devienne une source importante de métaux de batteries. En effet, la dynamique va déjà dans ce sens. Et, étant donné que, globalement, la volonté politique penche largement vers l’adoption de politiques plus respectueuses de l’environnement, cela pourrait suffire à réprimer toute menace sérieuse pour les opérations à grande échelle des fonds marins.

Bien sûr, il reste encore beaucoup à faire, et les menaces liées à l’activisme et aux actions en justice ne peuvent pas être écartées aussi facilement que dans le cas de l’exploitation minière terrestre où un seul État-nation est impliqué. Dans le scénario d’un seul État, les retombées économiques de l’exploitation minière agissent comme des motivations convaincantes pour surmonter les problèmes ; lorsque ces retombées sont concentrées sur une poignée de parties prenantes, les choses peuvent ne pas se passer aussi bien. DeepGreen n’a pas encore finalisé son évaluation d’impact environnemental et l’actualité minière évolue rapidement dans le secteur émergent de l’exploitation minière en eaux profondes. Quoi qu’il en soit, ce sera un projet intéressant qui, si tout se passe bien, pourrait bien être la panacée nécessaire pour guérir nos malheurs imminents en matière de batteries métalliques.

(Image présentée par Ranjith AR via Pexels)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.