avril 22, 2021 2:53 AM

La croissance verte couvre-t-elle les problèmes de relations publiques d’Aphria ?

La société américaine de vente au détail de cannabis Green Growth Brands, une division de Xanthic Biopharma, a fait une offre de rachat hostile en fin d'année pour la société canadienne Aphria, un important producteur de cannabis négociant au NYSE. Ce que beaucoup considèrent comme une offre basse basée sur la volatilité des actions à court terme a été refusée Aphria souligne que l'offre de GGB est "basée sur une évaluation hypothétique de ses propres actions".

/ Publié le janvier 10, 2019

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Les gros titres qui tournent autour de la tentative de Green Growth Brand de prendre le contrôle hostile d’Aphria Inc. expriment des inquiétudes quant aux liens potentiellement inappropriés entre les deux sociétés. La guerre des mots semble atteindre un pic dramatique et comprend des vendeurs à découvert qui publient des rapports début décembre, une grande entreprise qui investit dans une petite entreprise qui se retourne et tente d’acheter le tout et beaucoup de reproches. L‘offre de GGB pour Aphria n’était donc qu’un écran de fumée quand il fallait faire diversion… La société américaine de vente au détail de cannabis Green Growth Brands, une division de Xanthic Biopharma, a fait une offre de rachat hostile en fin d’année pour la société canadienne Aphria, un important producteur de cannabis négociant au NYSE. Ce que beaucoup considèrent comme une offre basse basée sur la volatilité des actions à court terme a été refusée Aphria souligne que l’offre de GGB est “basée sur une évaluation hypothétique de ses propres actions, sans rapport avec le prix actuel”. Beaucoup de choses semblent être mises en scène dans ce spectacle particulier.

Les vendeurs à découvert en mouvement

Début décembre 2018, un vendeur à découvert, Quintessential Capital Management (QCM), a publié un rapport et des documents de recherche connexes sur Aphria Inc. (TSX : APHA; NYSE : APH). QCM soutient qu”Aphria fait partie d’un plan orchestré par un réseau d’initiés pour détourner les fonds des actionnaires vers leurs propres poches”. QCM déclare qu’il a ouvert sa position SHORT dans Aphria parce que la découverte éventuelle de ce plan et l’annulation des actifs associés conduirait à une chute désastreuse du prix des actions. La “découverte” du système dépend de qui vous demandez. Les actions d’Aphria ont connu une fin d’année difficile avec les vendeurs à découvert voient leurs gains importants dans les stocks de cannabis, en particulier à Aphria.

La croissance verte à la rescousse

Si le QCM a bien démarré le mois de décembre, c’est l’ “offre d’achat hostile de Green Growth Brands Ltd. (CSE : GGBOTC : GGBXF) qui semblait préoccuper sérieusement les observateurs d’Aphria. Soudain, les connexions en coulisses décrites par QCM prenaient vie. Mais le PDG de Green Growth, Peter Horvath, a répondu à ces inquiétudes dans une interview. Le QCM s’est penché sur l’ensemble de l’affaire et l’a décrite comme le “le dernier numéro du cirque Aphria.”

Un acte qui a été inscrit au CSE par le biais d’une fusion inversée et qui exploite actuellement, aux États-Unis, un magasin de vente au détail de cannabis et une installation de culture et de production. QCM considère que le GGB est “en grande partie une entité sans valeur, avec de nombreux signes d’influence des parties liées à Aphria”. Il désigne l’accord comme “simplement une prochaine étape épique du jeu de coquille d’Aphria”.

La réponse d’Aphria

Aphria a connu de nombreux hauts et bas cette année, y compris une attention positive en octobre lorsque discussions sur les discussions avec le roi de la cigarette Altria ont fait l’objet d’une fuite. La nouvelle a donné un coup de fouet au titre d’Aphria, bien que, dans l’ensemble, il se trouve au milieu d’une spirale descendante qui se poursuit. Sa réponse à la tentative de prise de contrôle hostile a montré clairement que, quoi qu’il se passe, la direction peut voir une mauvaise affaire lorsqu’elle est proposée.

Abordant l’une des principales bizarreries de l’accord, l’auto-évaluation de la marque Green Growth (GGB), le président du QCM, Irwin Simon, a déclaré que “l’offre proposée est assez risquée étant donné la condition de GGB de réaliser un financement par courtage à un prix qui est plus du double de la moyenne récente du prix de leur action, en tant que terme clé de la proposition.”Pour sa part, GGB est revenu avec un argument de fin d’année qui met en avant son point de vue sur l’évaluation, y compris la création de valeur supplémentaire à partir des récentes annonces” et la valeur incommensurable d’avoir “une activité de premier plan dans le domaine du cannabidiol (CBD)”. Bien que GGB sur-évalue peut-être sa contribution, elle a aussi une activité réelle. Malheureusement, rien n’indique qu’elle a une offre réelle à faire qu’une entreprise fonctionnant normalement accepterait. Une critique faite à l’offre de GGB est qu’elle peut être conçue pour échouer tout en générant simultanément “l’apparition d’une demande dans l’espoir de susciter des offres crédibles”. Alors qu’une prise de contrôle inversée d’une société écran semble un peu exagérée pour un événement médiatique créateur de marché, les réponses du PDG de Green Growth, M. Horvath, sont étrangement peu brillantes, sur la défensive alors qu’il devrait être sur l’offensive. La réalité est qu’une telle réponse n’est pas de nature à dissiper les rumeurs, et il y a pire que les rumeurs à dissiper, comme en témoignent les nombreuses poursuites judiciaires liées aux retombées des rapports de Hindenburg Research et de QCM sur Aphria. En réponse, Aphria a créé un comité spécial pour examiner de plus près les opérations pertinentes du LATAM.

___

AVERTISSEMENT : Le présent article a été traduit de CAStocks.org par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.