septembre 25, 2021 1:24 PM

Les défis de l’industrie des boissons à base de cannabis

L'industrie légale du cannabis a fait de nombreuses promesses au début, générant un battage médiatique massif et attirant des investisseurs aux yeux étoilés. Mais, comme pour toute industrie naissante, les difficultés à surmonter sont difficiles à prévoir et ne sont souvent découvertes qu'après coup. Cela a été particulièrement vrai pour les boissons à base de cannabis, où les difficultés techniques n'ont fait qu'aggraver les autres problèmes.

/ Publié le novembre 23, 2020

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Deux ans après la légalisation du cannabis au Canada le 17 octobre 2018, l’industrie du cannabis fait encore ses premiers pas dans la diversification des produits dérivés de cette plante. Cela signifie que les investisseurs qui cherchent à tirer profit de la croissance de l’industrie légale du cannabis devront attendre un peu plus longtemps avant que les entreprises ne commencent à faire de réelles percées. C’est particulièrement vrai pour les produits “Cannabis 2.0”, où l’on trouve un exemple de lutte à un stade précoce dans le secteur des boissons à base de cannabis. Dans ce domaine, les entreprises luttent encore pour rentabiliser la production et la distribution de boissons à base de cannabis.

Les boissons à base de cannabis sont un défi particulièrement difficile à relever

À la fin de l’année dernière, un an après l’anniversaire de la légalisation du cannabis, les autorités canadiennes ont autorisé la vente des produits dits Cannabis 2.0. Ces produits comprennent des produits comestibles et des produits à base de vapeur, ainsi que des boissons à base de cannabis.

Et bien que ces produits aient connu un énorme succès auprès des clients lors des fermetures forcées dues à la COVID-19, les producteurs ont du mal à respecter les délais de lancement des boissons à base de cannabis pour répondre à la demande. Alors qu’un peu plus d’un an s’est écoulé depuis que les autorités ont autorisé leur vente, très peu de marques ont pu atteindre les magasins pour être vendues au public.

Les analystes et les initiés du secteur attendaient avec impatience l’arrivée de ces boissons, espérant que ces produits pourraient attirer les consommateurs désireux de remplacer les boissons alcoolisées par des boissons à base de cannabis. On espérait ainsi attirer des capitaux frais qui se sont taris à mesure que les nouveaux investissements dans l’industrie du cannabis diminuaient en raison de son manque de rentabilité.

Parmi les défis que la production de ces boissons à base de cannabis présente, “la courte durée de conservation des produits, le maintien d’une saveur constante, une puissance irrégulière et le temps nécessaire pour obtenir l’effet désiré”, sont parmi les plus courants, a déclaré Karan Wadhera, associé gérant de la société de capital-risque Casa Verde Capital, spécialisée dans le cannabis.

“Il y a aussi des coûts de production élevés, une distribution coûteuse et un manque d’infrastructures pour recevoir et exposer les produits”, a ajouté Wadhera, en faisant référence aux détaillants de cannabis qui ne disposent pas d’installations telles que des rampes de chargement et de déchargement ou des réfrigérateurs.

Une pandémie qui ralentit les investissements dans l’innovation en matière de cannabis

La pandémie a rendu les fonds d’investissement encore plus rares pour un secteur qui a déçu en n’atteignant pas ses objectifs financiers initiaux très élevés. Cela a obligé de nombreux producteurs à retirer leurs investissements dans le développement de produits qui promettaient des bénéfices futurs et à se concentrer sur le maintien de leur activité principale.

“C’est certainement ce qui s’est passé dans le cas des producteurs canadiens licenciés qui ont dû procéder à des licenciements massifs de personnel et réduire la production”, a déclaré Stuart Titus, directeur de la société Medical Marijuana Inc. “La diminution du capital d’investissement a également eu un effet négatif sur le développement des produits, c’est pourquoi l’offre de boissons à base de cannabis reste relativement faible”, a ajouté M. Titus.

Les obstacles techniques sont un problème particulier pour les boissons à base de cannabis

Outre les obstacles financiers, des raisons techniques liées à la chimie de base ont également ralenti la commercialisation de certaines de ces boissons à base de cannabis. La plupart des cannabinoïdes sont insolubles dans l’eau, a expliqué Joshua Swider, co-fondateur et PDG d’Infinite Chemical Analysis Labs.

Pour surmonter ce problème, les entreprises utilisent des émulsions. Mais même si elles peuvent développer une émulsion qui permet aux cannabinoïdes d’avoir l’effet désiré et de se mélanger correctement à la boisson, maintenir ce mélange est un défi.

Infinite Chemical Analysis Labs a déclaré que leurs tests montrent que certaines boissons peuvent se dégrader en quelques jours seulement, laissant le THC qui provoque l’effet désiré collé au revêtement de la canette, ce qui diminue la puissance de la boisson.

“Tout le monde a de bonnes idées sur ce marché, mais les gens se rendent compte que la mise en œuvre de ces idées est beaucoup plus difficile”, a déclaré Narmin Jarrous, vice-président d’Exclusive Brands, un détaillant de cannabis basé dans le Michigan.

La croissance de Canopy démontre un succès précoce

Bien qu’elle ait dû faire face à ses propres difficultés et à des retards dans la mise en vente de ses boissons, Canopy Growth Corp. (TSX : WEED), le plus grand producteur de cannabis par la capitalisation boursière, s’est solidement établi. La société avait prévu de lancer ses boissons en janvier, lorsque les ventes ont été autorisées pour la première fois au Canada, mais l’augmentation de son volume de production, ainsi que d’autres difficultés, ont retardé son introduction.

Avec le soutien du fabricant de bière Corona, Constellation Brands Inc. les produits de Canopy sont entrés sur le marché en mars, bien avant l’arrivée de ses principaux rivaux. Aujourd’hui, Canopy contrôle plus de 70 % du marché des boissons à base de cannabis, a déclaré une porte-parole de la société. La société a maintenant vendu environ 2 millions de canettes de ses boissons infusées au THC au Canada depuis mars. Les trois premières boissons au cannabis au Canada sont toutes des produits Canopy, a ajouté la porte-parole.

David Klein, le PDG de Constellation et vétéran qui a repris Canopy en décembre, a déclaré aux investisseurs en août que la société prévoyait de doubler sa production de boissons pour ce mois. C’était après l’avoir déjà fait le mois précédent.

La société a également annoncé récemment, en octobre, son intention de commencer à vendre ses produits aux États-Unis l’été prochain, en lançant initialement les boissons au cannabis sur les marchés à forte croissance de Californie et de l’Illinois grâce à un partenariat avec Acreage Holdings Inc, une société dont le siège est à New York.

Malgré les difficultés de croissance, il existe encore un potentiel

Comme cette industrie naissante le découvre rapidement, il y a de nombreux défis à relever, dont beaucoup peuvent être imprévus. Et bien qu’il y ait beaucoup d’idées brillantes et de promesses de richesses du jour au lendemain, la réalité est qu’un long travail, plutôt qu’une ascension fulgurante, est la voie probable. Mais pour l’investisseur patient prêt à faire un tour, l’avenir est finalement prometteur. L’élan mondial en faveur de la légalisation du cannabis et les premiers succès comme celui de Canopy avec ses boissons à base de cannabis en témoignent, montrant que là où il y a une volonté, il y a une voie.

(Image présentée par Breakingpic via Pexels)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé et traduit par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article a été adapté d’un article publié pour la première fois par RCI. Un contributeur tiers a traduit et adapté l’article à partir de l’original. En cas de divergence, l’original prévaut.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.