août 18, 2022 2:26 AM

Y a-t-il un avenir pour la technologie de reconnaissance faciale au Canada?

Sous les attaques des organismes juridiques et des critiques de cette technologie encore imparfaite, les logiciels de reconnaissance faciale et leurs nombreuses applications dans le domaine de la vie et de la sécurité au Canada ont fait l'objet d'un examen minutieux. Est-il encore possible d'innover dans ce domaine, ou les préoccupations en matière de protection de la vie privée et les limites technologiques vont-elles entraîner un recul, plutôt qu'un déploiement, de la technologie conçue pour reconnaître nos visages ?

/ Publié le novembre 4, 2020

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Bien que la pandémie ralentisse le commerce de détail et le monde du voyage au Canada, ces deux secteurs ont récemment donné lieu à des plaintes concernant les logiciels et la technologie de reconnaissance faciale. Cadillac Fairview, la société qui possède ou exploite plusieurs des plus grands espaces de vente au détail du Canada, a été prise à partie pour avoir pris et utilisé des images de clients sans autorisation. Dans le secteur de la sécurité, l’utilisation par l’aéroport canadien de la technologie d’identification faciale sans surveillance ni transparence adéquates a été réclamée par des experts juridiques.

La technologie de reconnaissance faciale a été une source populaire d’histoires divertissantes dans les médias au cours des dernières années, des meurtres excentriques dans les émissions de télévision aux mèmes humoristiques des médias sociaux. Mais la véritable bataille pour l’avenir de la technologie de reconnaissance faciale se déroule sur le terrain. Les entreprises tentent de l’utiliser à leur avantage, et les avocats et les législateurs s’efforcent de l’intégrer dans ou autour des cadres juridiques existants. Y a-t-il un risque réel de voir l’utilisation de la reconnaissance faciale échouer au Canada, ou ces plaintes ne seront-elles qu’un coup d’œil sur le radar d’une adoption réaliste ?

La reconnaissance faciale contre le tribunal de l’opinion publique : les protestations sur la vie privée et la protection

Parmi les deux “scandales” mentionnés ci-dessus, le plus urgent semble être les accusations portées contre Cadillac Fairview. Dans le cadre des enquêtes journalistiques et juridiques en cours au Canada sur leur technologie de reconnaissance faciale par caméra (qu’ils ont été contraints de suspendre), les dernières preuves révèlent l’ampleur du problème. Leurs caméras ont capturé plus de 5 millions de visiteurs différents dans les centres commerciaux canadiens, les enregistrant sous forme de modèles biométriques distincts (pour établir le sexe, l’âge, la race, etc.). La preuve que l’objectif de la technologie de reconnaissance faciale pour de nombreuses entreprises est la collecte de données en vue d’une analyse ultérieure.

De toute évidence, il s’agit d’un domaine lucratif. En marketing, la connaissance de son public est la première étape du succès et le commerce de détail fonctionne par la collecte d’informations sur les consommateurs. Les logiciels et la technologie de reconnaissance faciale ne font qu’élever cette démarche à un niveau supérieur. Mais c’est aussi un domaine très controversé, et les clients sont à juste titre préoccupés par le fait que leurs informations (pouvez-vous obtenir des informations plus personnelles, ou plus privées, que votre visage ?) soient utilisées sans leur permission pour réaliser des bénéfices plus élevés.

Cet incident met en lumière un débat beaucoup plus vaste sur la protection de la vie privée et l’utilisation des données, qui plane sur les agences de protection des consommateurs et le monde de la technologie. Le consentement éclairé, c’est-à-dire l’idée que le client sait à quoi il s’engage en termes de collecte et d’utilisation des données, a gagné du terrain en Europe (au grand dam de Google) mais reste nébuleux au Canada. Les clients et les particuliers inquiets ont souvent dû se tourner vers les tribunaux pour obtenir une protection.

La reconnaissance faciale contre le tribunal : Les chiens de garde canadiens s’attaquent aux géants américains

Bien qu’il soit difficile pour la plupart des Canadiens de s’y retrouver dans les cadres juridiques régissant la collecte et l’utilisation des images, il existe heureusement des organismes qui mènent ces batailles pour nous, des organismes qui prennent notre vie privée et nos données très au sérieux. Cependant, il ne leur est pas toujours facile de faire respecter les règles. Nombre d’entre elles ont encore besoin d’être mieux rédigées et clarifiées, et parfois leurs batailles se déroulent au-delà des frontières.

La société controversée Clearview AI, qui a été au cœur d’un débat en ligne et hors ligne sur l’utilisation des logiciels de reconnaissance faciale aux États-Unis et à l’étranger, s’est heurtée à certains obstacles réglementaires de la part des responsables canadiens. En plus des enquêtes menées par les commissaires à la protection de la vie privée de plusieurs provinces, les forces de l’ordre ont montré une certaine réticence à adopter la technologie vantée par de nombreux policiers de leurs voisins du sud.

Mais parfois, les batailles se livrent aux frontières elles-mêmes. Dans ce cas, l’utilisation de logiciels de reconnaissance faciale dans les ports d’immigration canadiens.

La reconnaissance faciale contre …elle-même ? Une technologie imparfaite qui soulève des signaux d’alarme

Les frontières canadiennes ne sont pas les premières à utiliser un semblant de technologies de reconnaissance faciale, mais elles sont les dernières à être critiquées pour cela. La Clinique d’intérêt public et de politique d’Internet de l’Université d’Ottawa, un groupe de réflexion à cheval sur la frontière en constante évolution entre la technologie et la politique, a été la dernière à joindre sa voix à l’appel lancé pour mettre fin à l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale à la frontière canadienne. Contrairement à d’autres cependant, leur opposition n’était pas uniquement fondée sur des préoccupations d’ordre juridique ou de protection de la vie privée, mais sur des incertitudes quant à la technologie elle-même.

Une technologie imparfaite peut parfois faire plus de mal que de bien. Mettant de côté pour l’instant les préoccupations juridiques et morales – et supposant que la technologie n’est mise en œuvre qu’avec les meilleures intentions – le rapport soutient que les défauts fondamentaux de la technologie de reconnaissance faciale sont une raison suffisante pour la soustraire au contrôle de l’immigration au Canada.

Ils soulignent ce que de nombreux scientifiques et chercheurs dans ce domaine ont déjà observé. Notamment qu’il existe des préjugés et des défauts profonds et non résolus dans les logiciels de reconnaissance faciale, en particulier lorsqu’il s’agit de traiter les visages des minorités raciales, des femmes et des personnes âgées. Cela représente beaucoup de failles. Ils soulignent qu’une application injuste d’une technologie défectueuse pourrait entraîner des conséquences graves, voire dramatiques, à la frontière. Un endroit où le Canada devrait être le leader mondial en matière d’équité et de transparence, et non dissimuler les échecs derrière la bureaucratie.

La transparence sera nécessaire pour éliminer le flou des technologies ternies

En fin de compte, le cœur de nombre de ces plaintes se résume à un manque fondamental de transparence. Les régulateurs souhaitent de meilleures normes juridiques. Les clients ont besoin de savoir clairement ce qui est utilisé et pourquoi. Et la technologie elle-même devrait faire apparaître clairement ses défauts afin que notre société puisse les adapter de manière raisonnable et équitable, si possible. Si les entreprises privées peuvent mener la charge lors de son adoption, il peut appartenir au gouvernement de montrer l’exemple en ouvrant ses caméras et ses ordinateurs à l’inspection.

Contrairement à certains domaines technologiques émergents qui suscitent un grand enthousiasme, celui de la reconnaissance faciale est beaucoup plus sensible. Si la technologie doit un jour être largement utilisée par le grand public, elle devra faire l’objet d’une surveillance réglementaire attentive. Une étape qui commence avec l’annonce par le gouvernement fédéral de son utilisation de la technologie afin que nous puissions comprendre, et non ignorer, ses avantages et ses inconvénients.

(Image présentée par Geralt via Pixabay)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été traduit par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.