mai 30, 2024 3:50 AM

L’application de covoiturage “pour femmes” controversée

DriveHer est créé pour les femmes et dirigé par des femmes, afin qu'elles se sentent en sécurité lorsqu'elles voyagent seules.

/ Publié le octobre 28, 2020

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Les femmes qui ont subi une agression sexuelle cherchent des moyens de traiter ce problème dans leur sphère d’influence. Lorsque cela arrive à quelqu’un, elles prennent beaucoup plus conscience du nombre de fois que la situation aurait pu leur arriver.

Une des situations dans lesquelles les femmes deviennent vulnérables à une éventuelle agression est lorsqu’elles montent dans un taxi. Voyager seule dans un territoire inconnu oblige une femme à faire confiance à la compagnie du chauffeur. Si les chauffeurs saisissent l’occasion d’agresser verbalement une femme, l’expérience laisse une marque indélébile sur la psyché de la plupart d’entre elles. Et si certaines se sentent en sécurité en compagnie de chauffeurs féminins, ces cas restent rares, même avec les nouvelles entreprises Uber et Lyft.

Une réponse au harcèlement

Un soir fatidique, Aisha Addo est montée dans un taxi du centre-ville de Toronto pour un trajet de 35 minutes jusqu’à Mississauga. La nuit étant tombée, cela semblait être le choix le plus sûr. Une fois la porte du taxi fermée et la voiture en marche dans les rues sombres de la ville, le chauffeur masculin a entamé une conversation normale et polie qui a duré un peu trop longtemps. Le chauffeur est soudainement devenu personnel. Il n’arrêtait pas de poser des questions sur ses petits amis, son statut, puis les commentaires sexuels ont commencé. Aisha Addo a appelé un ami sur son téléphone portable pour mettre fin à la conversation. Elle lui a demandé de la déposer chez elle, ce qui a provoqué une plus grande anxiété, car il savait maintenant où elle habitait.

cab
‘industrie du taxi est régulièrement classée comme l’un des métiers les plus dangereux à exercer. (Source)

La plupart des cas de harcèlement sexuel, comme celui qui est arrivé à Addo, n’aboutissent pas toujours à un viol mais impliquent souvent des échanges verbaux comme ceux mentionnés ci-dessus. Une femme ne sait jamais à quel moment elle passera au niveau supérieur. Les actions de la femme n’en sont pas la cause. Souvent, il s’agit de la culture, des événements antérieurs, des mécanismes internes de l’auteur et de l’acceptation d’un tel comportement dans le groupe de pairs ou le groupe de travail. Malheureusement, le secteur des taxis reste marqué par les abus. Le métier de chauffeur de taxi est en fait considéré comme l’un des plus dangereux.

Solution face à cette situation, Addo a décidé de faire quelque chose. Elle a eu l’idée de DriveHer. Au lieu d’un système de taxi, elle a créé une société de covoiturage conçue par des femmes et dirigée par des femmes. Destiné aux femmes qui souhaitent avoir un chauffeur féminin, le projet de covoiturage leur permet de prendre en main leur propre sécurité. Cette application, qui s’adresse aux femmes, comporte des conseils de sécurité, permet de programmer des trajets à l’avance, un bouton d’urgence et des points échangeables. La société a connu quelques difficultés depuis son lancement au Canada en mars 2018. En avril, une faille dans les données a mis l’entreprise en difficulté, ce qui a entraîné de nombreuses entreprises canadiennes dans cette situation. Les réglementations de nombreuses municipalités ont dû être modifiées car le modèle commercial de DriveHer ne correspondait pas au protocole standard de ce secteur d’activité. La navigation a été difficile, mais elle a été en grande partie accomplie. Le fait d’être une entreprise entièrement féminine voyageant en voiture a été le signal d’alarme d’une opération de prostitution, et le fait de sensibiliser les forces de l’ordre locales à ce modèle d’entreprise a donc aidé. Certains groupes ont affirmé que le modèle commercial est discriminatoire, mais un groupe d’avocats spécialisés dans les droits de l’homme a prouvé le contraire. 

 

Le consommateur dit que, comme de plus en plus de femmes utilisent le service et donnent leur avis, il a commencé à s’imposer malgré les problèmes. Au Canada, les hommes sont interdits de conduire, ce qui met parfois les consommateurs mal à l’aise. En tant que concurrent, il obligera les compagnies de taxis à faire le ménage et à mieux vérifier les références des chauffeurs. La façon dont l’entreprise traitera le problème des agressions sexuelles commises par l’un de ses chauffeurs de taxi déterminera très probablement sa capacité à rester sur place. 

Les chauffeurs de RealityDriveHer sont soumis au processus habituel de vérification policière et criminelle. Elle a pour partenaires Infiniti, Nissan, Weel et Rover sur son site web. Dans la plupart des villes, l’application a eu du mal à établir sa présence. DriveHer affirme qu’elle est due à la réaction de la concurrence qui engage surtout des hommes.

Mais elle ne s’attaque pas à la cause première du problème, à savoir le risque de se faire agresser sexuellement en conduisant un taxi. Comme pour toutes les nouvelles idées, elle perturbe ce qui était en place, rendant les entreprises aussi inconfortables, ou a mis en avant la question inconfortable de la sécurité des taxis.

Une plateforme similaire portant le même nom, DriveHer, a également été lancée en Nouvelle-Zélande août 2018. Misant sur le même principe, cette entreprise espère également offrir une sécurité aux femmes qui se rendent dans le pays, à tout moment.

_

AVERTISSEMENT : Le présent article a été traduit de CAStocks.org par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.