mai 15, 2021 7:15 AM

Perspectives énergétiques : Le prix du pétrole a dépassé les 60 dollars le baril, est-ce que ça va durer ?

Alors que l'on aurait pu s'attendre à l'enthousiasme des dirigeants de l'industrie pétrolière alors que le prix a franchi la barre des 60 dollars le baril cette semaine, le meilleur mot serait probablement soulagement. Enfin, les prix des matières premières semblent revenir à des niveaux "normaux". Mais comme les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau depuis le début de la pandémie, il est naturel de s'inquiéter de leur durabilité.

/ Publié le février 15, 2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Au début de la semaine, le prix du Brent a atteint 60 dollars le baril et a continué à augmenter. Bien qu’il ait chuté depuis le sommet de près de 61,7 dollars, le prix est resté au-dessus du symbolique 60 dollars le baril à partir de vendredi. C’est un énorme soulagement pour le secteur de l’énergie, qui s’est retrouvé en chute libre au début de la pandémie. Après s’être effondré jusqu’aux points négatifs aux États-Unis (bien que pendant une courte période), l’approvisionnement en pétrole a coûté des millions aux Canadiens, sans doute plus que la valeur de certaines entreprises en jeu.

La hausse constante des prix jusqu’en février a redonné espoir au secteur, mais toute bonne nouvelle s’accompagne d’une part de scepticisme et de la crainte que cela ne dure pas. C’est pourquoi, pour les perspectives énergétiques de ce week-end, nous examinerons les forces qui, dans l’actualité minière et énergétique, ont conduit au prix de référence. Et nous tenterons de répondre à la question la plus cruciale de toutes : est-ce que cela va durer ?

L’Arabie saoudite continue de resserrer le flux de pétrole, espérant éliminer l’offre excédentaire

Les membres de l’OPEP, menés comme d’habitude par l’Arabie saoudite, ont réduit l’offre de brut en resserrant la production ou en ralentissant les augmentations prévues. Leurs efforts ont déjà été largement responsables de la rupture de la ligne des 50 dollars au cours des derniers mois de lente reprise, et contribuent clairement à maintenir les prix à un niveau élevé maintenant. Leur objectif est de voir disparaître l’offre qui s’était constituée au plus fort de la pandémie, afin de pouvoir à nouveau mieux contrôler le marché et les prix.

Cependant, alors que d’autres restrictions sont envisagées pour le mois de mars, il est peu probable que l’Arabie saoudite soit la seule responsable d’une hausse aussi forte du prix du pétrole, ni même de la spéculation basée sur leurs activités prévues. Après tout, bien que leur contrôle de l’offre excédentaire soit impressionnant, la Russie et les États-Unis semblent plus intéressés par une augmentation de la production pour maintenir les autres coûts associés à un bas niveau et profiter du prix élevé.

Cela ne peut donc pas expliquer entièrement pourquoi les prix ont dépassé 60 dollars, heureusement, il y a d’autres facteurs clés à prendre en considération.

Le plan de relance de Biden alimente la demande… et la spéculation

À l’approche de l’adoption d’un autre plan de relance massif, comprenant une aide financière personnelle pour des millions d’Américains, les marchés des matières premières et de l’énergie ont pris bonne note. Dans l’attente d’une hausse correspondante de la demande globale, les mécanismes de fixation des prix reflètent l’optimisme des producteurs dans presque toutes les catégories, y compris le pétrole et l’énergie. Il est fort probable que ce soit là une cause majeure, car l’arrivée progressive de cette politique coïncide bien avec la hausse du prix du pétrole.

La poussée constante depuis le début du mois ne doit cependant pas être considérée comme une garantie. La politique n’est pas encore arrivée, et le déploiement incertain des vaccins, ainsi que leur efficacité, restent de fortes sources de risque. En effet, un trop grand optimisme à l’heure actuelle, comme en témoigne le prix du pétrole brut qui a dépassé les 60 dollars – et qui a dépassé certains autres indices de consommation – pourrait, en fait, être davantage motivé par la spéculation que par une augmentation réelle de la demande, ce qui laisse le marché ouvert à un autre effondrement si la demande réelle s’avère inférieure aux prévisions.

En fait, l’incertitude quant à l’ampleur de la reprise semble être forte pour le moment, ce qui explique peut-être pourquoi la deuxième moitié de la semaine a vu le prix du Brent retomber à près de 60 dollars le baril. Mais si l’incertitude et l’optimisme se disputent le contrôle du mécanisme des prix, pourquoi semble-t-il toujours être à la hausse ?

Les “grandes nouvelles” de Shell ont-elles eu un impact sur le prix du pétrole à 60 dollars ?

Shell a certainement fait beaucoup de bruit sur sa décision de se tourner vers les énergies renouvelables, un peu moins sur la baisse progressive de sa production de pétrole (bien que les deux aient été inclus dans leur grande présentation). Ayant présenté ce choix comme un “tournant” dans l’industrie, il est clair qu’elle essaie de diversifier son propre portefeuille pour l’isolation future. Mais leur décision aurait également pu contribuer à faire monter les prix, car les analystes et les spéculateurs ont révisé à la baisse leurs estimations des productions futures. Mais leur décision pourrait aussi faire baisser le prix, car la demande de production de pétrole brut de leurs raffineries, qui diminue progressivement, pourrait chuter à son tour, surtout si leur exemple est largement suivi dans l’industrie.

Le dollar fait monter le prix du pétrole au-dessus de 60 dollars à mesure qu’il baisse

Une explication possible provient de l’affaiblissement constant du dollar par rapport aux autres monnaies mondiales. En partie alimenté par les dépenses publiques, et en partie tiré par l’état général de l’économie américaine, le dollar a certainement connu des jours meilleurs. Et puisque le prix du Brent et des autres produits pétroliers est mesuré en dollars, même une légère dépréciation de sa valeur peut avoir un impact sur le prix des matières premières. Surtout un produit aussi essentiel à l’économie mondiale que le pétrole.

Si l’on considère tous ces facteurs ensemble, la trajectoire semble bien solide, et il est probable que nous continuerons à voir le prix augmenter. Un dollar plus fort, combiné à une reprise plus faible que prévu, pourrait éventuellement provoquer une nouvelle baisse. Toutefois, comme ces facteurs sont presque contradictoires, la possibilité d’une baisse significative est très peu probable. Il s’agit plutôt de savoir jusqu’où et à quelle vitesse il augmentera, et ensuite, bien sûr, de savoir dans quelle mesure l’économie canadienne dans son ensemble pourra en profiter.

(Image présentée par Nicolagiordano via Pixabay)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.