septembre 25, 2021 11:29 AM

L’avenir des combustibles fossiles canadiens sans Keystone XL ?

Biden a officiellement mis fin à l'extension du pipeline Keystone XL, sapant ainsi de sérieux investissements albertains dans le projet et mettant en danger des milliers d'emplois. Pourtant, nous ne pouvons pas ignorer le contexte. L'industrie étant déjà sous contrat, il est probable que les entreprises se consolideront davantage afin de réduire les coûts, ce qui signifie que Keystone est le moindre des problèmes du secteur pétrolier en 2021.

/ Publié le février 1, 2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Comme prévu, le président Joe Biden n’a pas perdu de temps pour enterrer le pipeline Keystone XL. Une façon simple de satisfaire sa base d’électeurs anti-Trump et pro-climat, l’annulation de l’extension impopulaire était un moyen simple de démontrer une rupture nette avec son prédécesseur pro-carburant fossile. Malheureusement, cela a également des conséquences pour nous de l’autre côté de la frontière, en particulier pour la province de l’Alberta, dont le gouvernement avait investi des sommes importantes dans le projet. Malheureusement, Keystone XL semble n’être que la pointe de l’iceberg pour les inquiétudes des emplois pétroliers canadiens.

Joignez-vous à nous pour plonger dans l’actualité énergétique de la semaine et essayer d’identifier les points clés de la direction que prend le secteur.

Sans soutien, Keystone tombe en emportant avec lui les investissements et les emplois

Interrogé sur la décision du président américain de supprimer l’extension de Keystone XL, notre propre exécutif semblait résigné. Les objections du Premier ministre Justin Trudeau se sont résumées à une “déception” superficielle face à cette décision. En effet, le gouvernement canadien ne semble pas vouloir ou pouvoir faire plus. Ou les deux.

Il y a peu de motifs juridiques pour s’y opposer, et les possibilités d’intervention ou de négociation ont toutes été épuisées il y a longtemps, à une époque où la volonté politique et populaire était nettement plus forte derrière le projet. En effet, il semble maintenant que les Canadiens ont, du moins dans leur majorité, renoncé au projet Keystone XL, ce qui n’incite guère le gouvernement à en faire plus pour maintenir le projet mourant en vie.

Pourtant, la perte du projet ne sera pas sans conséquences, dont la plupart se limiteront à l’Alberta et à son industrie des sables bitumineux déjà fragilisée. Le gouvernement de l’Alberta a versé des milliards au projet sous forme d’aide directe ou de prêts subventionnés – jusqu’à 7,5 milliards de dollars. Cet argent était destiné à aider à maintenir le projet, et les milliers de travailleurs qui en dépendent pour leur emploi, en activité. Mais avec l’annonce de Biden, 1000 emplois ont déjà été supprimés, et il n’y a aucune raison de ne pas en attendre davantage alors que l’industrie s’adapte à la nouvelle réalité.

Malheureusement, cela ne pourrait pas arriver à un pire moment, l’industrie étant encore sous le choc de la pandémie, la chute de Keystone pourrait n’être qu’un signe d’une tendance beaucoup plus importante dans le secteur.

Le prix du pétrole se maintient, mais qu’en est-il de l’emploi ?

Depuis le début du mois, lorsque le prix du Brent a atteint pour la première fois 50 dollars le baril et a continué à augmenter, les choses semblaient aller bien pour l’industrie des combustibles fossiles. Malheureusement, le prix s’est largement stabilisé maintenant, fluctuant de façon assez régulière autour de 54-55 dollars le baril. Bien que cela puisse sembler être une bonne nouvelle, ce n’est pas idéal pour une industrie qui compte sur une hausse continue des prix. En effet, les craintes concernant les nouvelles variantes de la pandémie, combinées à une réticence générale à soutenir les sources d’énergie fossiles, ont servi à maintenir la pression sur le prix. Et poussent les entreprises vers des mesures conservatrices et de réduction des coûts.

Bien que le PDG de Cenovus (NYSE : CVE) semble enclin à qualifier la chute de Keystone XL de “bonne nouvelle” pour les compagnies pétrolières canadiennes, il s’agit d’une tentative de manipulation assez évidente. Surtout si l’on considère leur récente acquisition de Husky avec ses raffineries américaines déjà en place. La fusion révèle également une faille encore plus importante dans son argumentation, car son principal argument de vente auprès des investisseurs était les “synergies d’économie de coûts”, qui, nous le savons tous, sont synonymes de réductions d’emplois et de licenciements. En fait, selon certaines estimations, le nombre d’emplois que les deux entreprises pourraient supprimer à l’heure actuelle est supérieur à 2 000. Un coup dur en effet, même si tous ne sont pas situés au Canada.

En effet, leur évolution vers la consolidation et la réduction des coûts (et des emplois) semble être en quelque sorte la norme pour l’industrie à l’heure actuelle. Bien que les entreprises déclarent des résultats provisoirement positifs au quatrième trimestre, du moins par rapport au deuxième, elles semblent peu désireuses de se développer, et beaucoup d’entre elles profiteront de la crise pour se consolider, réduire leurs coûts et laisser les Canadiens sans emploi… au pire moment possible. S’ils peuvent ensuite rejeter la faute sur Keystone, je suis sûr qu’ils essaieront.

Bien que nous devrions faire attention à ne pas ignorer toutes les autres nouvelles dans le secteur juste parce que Keystone XL vole tous les titres. Quelques autres bouchées d’énergie de la semaine :

Malgré la décision liée à Keystone, l’hydrogène donne un coup de pouce à l’énergie canadienne

La nouvelle usine d’hydrogène “verte” d’Air Liquide place le Canada dans un tout autre secteur énergétique. Toujours à la pointe de l’innovation, le groupe québécois a inauguré la plus grande usine au monde de production de ce carburant alternatif à partir d’énergies renouvelables. Alimentée par l’énergie hydroélectrique bon marché et accessible qui fait la réputation du Canada, elle constitue un début prometteur sur la voie que le gouvernement souhaite emprunter pour faire tomber le pays, et la preuve qu’en dépit de la crise des combustibles fossiles, le secteur de l’énergie dispose d’un potentiel important.

Le prix du pétrole ne devrait pas augmenter alors que la demande chinoise ralentit

En raison de l’augmentation des cas de Covid et de l’inquiétude suscitée par les nouvelles variations du virus, les autorités chinoises ont indiqué qu’elles pourraient restreindre considérablement les voyages, même à l’approche des vacances du nouvel an lunaire. La Chine étant la deuxième économie consommatrice de pétrole, tout nouveau ralentissement en Chine, ou plus généralement toute baisse des transports, pourrait suffire à réduire les gains récents du Brent, voire à faire chuter le prix du pétrole si les grandes économies suivent le mouvement ou si les autorités chinoises continuent de verrouiller le marché.

__

(Image présentée par Robzor via Pixabay)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Les déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “prévoir”, “estimer”, “devenir”, “projeter”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques et des incertitudes connus et inconnus, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont fondées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer sensiblement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les vues de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer que vous lisez ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.