mai 30, 2024 2:49 AM

Le camionneur TFI International passe à la vitesse supérieure

La société de logistique semble sortir indemne de la crise pandémique. Sa valorisation boursière a fait un rebond significatif de 175%. Le prix de son titre est passé de 24$ en mi-mars à 66$. Tout cela, grâce à sa politique de croissance par acquisition efficace. Jusqu’ici, elle a dépensé environ 115 M$ et compte débourser 300 M$ pour l’acquisition de l’américain DLS Worldwide.

/ Publié le octobre 27, 2020

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

TFI International (Ex-TransForce) a tenu une téléconférence (en raison du Covid-19) pour communiquer ses résultats du troisième trimestre. Alors que des secteurs vitaux de l’économie canadienne sont toujours sous le choc de la pandémie, la société de logistique semble avoir parfaitement tirer son épingle du jeu. Au lendemain de l’annonce de ses résultats, TFI a affiché une valeur boursière historique. Le camionneur a gagné près de 4% pour clore la séance sur un cours de 66,06 $ (soit une capitalisation globale de 6,16 milliards de dollars). Cela représente une hausse de 51% depuis le début de l’année en cours.   

Des résultats encore plus positifs que prévu

TFI a affiché un rebond remarquable de rentabilité au troisième trimestre. Il a révélé que son bénéfice d’exploitation et son bénéfice net sont en appréciation respective de 18% à 156 millions et 34% à 110,7 millions par rapport au même trimestre de l’année dernière.

Les revenus globaux de la société ont affiché un repli de 7% à 3,59 milliards. Cette diminution est principalement dû à la baisse des revenus dans le secteur du transport. Les secteurs de la logistique et du commerce électronique affichent pour leurs parts une hausse respective de 7% et de 1%.  

Bien que ses revenus totaux sont en baisse, la société de camionnage comptabilise une augmentation annuelle respective de 5% et de 3% sur le bénéfice d’exploitation et le bénéfice net. Il faut dire que TFI International s’en sort plutôt bien, compte tenu des circonstances. Elle affiche des résultats encourageants et des perspectives de croissance favorables.

Le 30 Septembre dernier, la société montréalaise a bénéficié d’une subvention de 63 millions de dollars de la part de SSUC (Subvention salariale d’urgence du Canada). La direction de la société a annoncé, par la suite, une augmentation du dividende trimestriel de 12%. Elle a versé près de 46 millions de dollars en dividendes. De quoi réjouir ses actionnaires !

Un sursaut de valorisation boursière attendu

Après l’annonce des résultats du troisième trimestre et la hausse des dividendes, la surperformance des actions boursières de TFI n’a pas l’air de surprendre les analystes. Le spécialiste du transport et de la logistique semble avoir parfaitement surmonter les répercussions de la pandémie qui l’avait affaiblie.

Alors que la crise pandémique battait son plein au printemps dernier, TFI International avait atteint un creux de 24$ par action. La société n’a pas cédé à la panique boursière et a su se débarrasser des méfaits de la Covid-19, notamment grâce à une série d’acquisitions.

Finalement, la valorisation boursière du groupe a fait un rebond significatif de 175%. Le prix de son titre est passé de 24$ en mi-mars à 66$, actuellement. Ce qui conforte sa position dans le top 15 des entreprises boursières québécoises.  

Les acquisitions, un facteur clé de succès ?

La société, cotée à Toronto et à New York, a pu battre les estimations grâce à une politique de croissance par acquisition très efficace. En plus de la constitution d’un business model diversifié, visant à générer des flux de trésorerie et un retour sur investissement, la société a tablé sur un bilan solide afin de bénéficier des améliorations de son marché (logistique et transport) et saisir efficacement les opportunités qui s’offrent à elle.

« TFI International a connu un troisième trimestre exceptionnel alors que nous continuons de traverser une année sans précédent. La constance de nos principes d’exploitation éprouvés a permis de générer une augmentation du bénéfice opérationnel et une solide augmentation des flux de trésorerie disponibles », assure Alain Bédard, président du conseil et chef de la direction de TFI dans le communiqué de résultats.

Avec 1,5 milliard de liquidités disponibles, TFI International a réalisé quatre acquisitions durant le troisième trimestre et deux autres juste après. Annuellement, elle dépense environ 200 millions de dollars en acquisitions. Jusqu’ici, elle a dépensé environ 115 millions et compte débourser 300 millions pour l’acquisition de l’américain DLS Worldwide (l’accord est signé et sera conclu au cours du quatrième trimestre).

Alain Bédard a également fait allusion à la complexité grandissante que connait actuellement son entreprise pour la réalisation d’acquisitions importantes au Canada. Cette difficulté est liée, selon le dirigeant, au Bureau de la concurrence à Ottawa. À l’image du deal DLS Worldwide, il a avoué que les transactions importantes se feront surement au sud de la frontière plutôt qu’au Canada.

Par ailleurs, TFI a mis fin à l’accord annoncé précédemment pour acquérir APPS Transport. Il semblerait que certaines conditions de clôture n’ont pas été remplies.

Alors que la crise fait ravage, TFI International est bien positionné pour réaliser d’autres transactions de fusions et acquisitions (peut-être de moindre envergure au Canada). L’objectif est clair : dépasser les attentes, renforcer sa position dans le marché boursier et lui garantir un succès continu.

_

(Image présentée par DEZALIB via Pixabay)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.