septembre 25, 2021 8:01 AM

GURU va entrer en bourse sur le TSX

Dans un monde d'introductions en bourse de technologies à la mode, il est difficile d'imaginer une entreprise de boissons qui puisse atteindre les normes élevées fixées par les nouveaux venus de la Silicone Valley ces dernières années. Mais la prochaine cotation de GURU au TSX promet d'y parvenir, avec plus de mots à la mode qu'une startup technologique, et de nombreuses raisons de s'emballer.

/ Publié le octobre 27, 2020

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Combien de mots à la mode pouvez-vous mettre dans un seul accord ? Si vous pensiez que la technologie était quelque chose, avec ses “clouds”, ses “internet des objets“, ses “incubateurs” et autres, attendez de voir ça : des boissons énergisantes à base de plantes, certifiées biologiques, vegan-friendly et sans OGM… Et si c’était une boisson énergisante maison, la marque GURU est sur le point de combiner tout ça.

En cette année où l’introduction en bourse n’a jamais été aussi en vogue, GURU est en phase finale de son “IPO”, c’est-à-dire son inscription à la cote du TSX dans le cadre d’une prise de contrôle inversée avec (ce que nous pouvons presque appeler) une société d’acquisition à vocation spécifique (SPAC)-Mira X Acquisition Corp (TSXV : MIRA-P).

Et si, techniquement, Mira X n’est pas une SPAC, c’est une société de capital de démarrage (CPC) qui sert effectivement le même objectif. Faute d’un meilleur terme, il s’agit d’une société écran de plus, sans aucune activité commerciale, créée spécifiquement (comme son nom l’indique) pour acquérir une ou plusieurs entreprises existantes. Les différences entre les SAVS et les CPC portent essentiellement sur les montants des capitaux autorisés et la surveillance réglementaire.

Une fois tous les mots à la mode éliminés, que reste-t-il sur la liste des choses à faire pour cet accord ?

Le seul obstacle qui reste à franchir est l’obtention de l’approbation des actionnaires de Mira X, qui devrait avoir lieu ce mercredi 28 octobre. Mais si l’intérêt manifesté lors de son tour de financement de 34,5 millions de dollars sursouscrit est une indication de l’appétit des investisseurs pour l’opération, il y a peu de raisons de croire que l’approbation ne sera pas obtenue.

Une fois l’approbation des actionnaires obtenue, il ne reste plus qu’à commencer à négocier. La Bourse de croissance TSX a déjà approuvé l’opération et le TSX a autorisé le GURU à passer à la bourse principale. Dès lundi prochain (2 novembre), les actions de GURU devraient être négociées sur le TSX. Pas de prix pour deviner le prochain symbole du ticker. (Oui, ce sera GURU.)

Ne buvez pas les Kool-Aid kids : le fizz de GURU est à la hauteur du buzz

Dans un monde de couleurs et d’arômes artificiels Kool-Aid, ce qui distingue GURU de la foule des autres aspirants à la boisson est son approche pionnière des ingrédients entièrement naturels. Le marché des boissons énergisantes reflétant également l’industrie des boissons en général et sa fixation sur les mélanges chimiques et autres ingrédients douteux, GURU emprunte une voie très différente, offrant une véritable alternative à la “boisson du Kool-Aid”.

Et alors qu’il y a quelques années seulement, le marché des boissons énergétiques entièrement naturelles était confiné à un sous-secteur de niche, les temps changent. Aujourd’hui, alors que la crise sanitaire mondiale ne fait qu’accentuer le souci de la santé d’une population déjà de plus en plus sensibilisée, le moment est venu pour cette entreprise de s’introduire en bourse.

Pour GURU, c’est l’occasion d’obtenir une injection de capital supplémentaire qui lui permettra de poursuivre plus agressivement sa domination dans le créneau, en plein essor, qu’elle occupe. Et pour les investisseurs, c’est l’occasion de s’exposer à une tendance “émergente” tout en bénéficiant de la stabilité d’une entreprise bien établie.

Seuls les faux gourous naissent du jour au lendemain : ce GURU a été construit sur plus de deux décennies

Avec ses racines établies il y a un peu plus de vingt ans, en 1999, GURU dispose déjà d’un réseau de distribution bien établi au Canada et aux États-Unis, comprenant plus de 15 000 points de vente. Cela lui confère une base de revenus solide comme le roc (dont elle tire une saine marge brute de 64,6 %) qui a déjà doublé au cours des trois dernières années.

Le fait qu’elle soit parvenue à ce stade en dit long pour GURU, étant donné qu’elle a réussi à devenir une entreprise florissante dans un marché extrêmement difficile. Même la société Coca-Cola a eu du mal à percer dans le secteur des boissons énergétiques naturelles, avec un flop particulièrement spectaculaire lors du lancement de sa marque mère sur le marché australien.

D’abord vendue comme une boisson énergétique entièrement naturelle lors de son lancement en 2006, Coca-Cola a rapidement abandonné sa stratégie initiale lorsque le produit a connu un flop presque immédiat. Il a rapidement relancé la même marque avec un nouveau label et une nouvelle formule, abandonnant l’imagerie et les ingrédients naturels au profit de la vente d’énergie “maxtreme” (max et extrême) aux âmes jeunes. Une stratégie avec laquelle elle a eu plus de succès.

Bon pour le corps, bon pour l’esprit : GURU vous donne des ailes (d’ange)

Un point particulier de la stratégie de marque de GURU est l’aversion pour l’imagerie généralement associée aux boissons énergisantes. Pensez aux sports extrêmes, aux voitures rapides et, bien sûr, aux grosses “canettes” dans des poses suggestives… En reflétant plutôt son approche des ingrédients, GURU garde sa marque plus saine. Et cette approche fonctionne.

Dans un monde où les boissons “fonctionnelles” mûrissent et prennent de nouvelles directions, l’attrait pour le consommateur de l’approche traditionnelle des boissons énergétiques est limité. Aujourd’hui, alors que l’évolution vers des marchés non traditionnels se poursuit dans le domaine des boissons énergisantes, de nombreux consommateurs intéressés qui découvrent ce marché viennent d’autres horizons que le groupe habituel d’adolescents et de jeunes adultes à prédominance masculine.

Où aller ?

Alors qu’il ne reste plus qu’un dernier obstacle à franchir, GURU envisage maintenant son expansion future. Avec la demande croissante de produits axés sur la santé et le bien-être comme ceux que GURU vend, l’entreprise est optimiste pour l’avenir.

Carl Goyette, le PDG de GURU, note que “ce n’est plus un petit créneau”. Alors que dans le passé, le marché des boissons naturelles était largement confiné aux petites boutiques et aux épiceries spécialisées, ce n’est plus le cas. “C’est un produit pour le grand public, pour les magasins de proximité, pour les épiceries. C’est vraiment le potentiel”, a ajouté Mme Goyette.

Grâce aux capitaux levés, M. Goyette estime que GURU dispose maintenant du soutien nécessaire pour sa “mission d’assainissement de l’industrie des boissons énergétiques – une industrie en pleine croissance évaluée à plus de 15 milliards de dollars – en étendant sa présence à l’ensemble de l’Amérique du Nord”.

Et avec les trois dernières années de croissance des revenus et d’expansion du marché derrière elle, il y a toutes les raisons de croire que le même succès suivra alors que GURU s’étend dans le reste du Canada et des États-Unis.

(Image présentée par GURU Beverage Inc. via GlobeNewswire)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.