mai 15, 2021 7:58 AM

Après une année de conférences virtuelles, les événements présentiels feront-ils un retour en force ?

L'année dernière, nous n'avons entendu parler que de conférences et d'événements virtuels comme étant "la nouvelle normalité". Mais si l'on prend du recul et que l'on examine le paysage, des signes indiquant que les événements présentiels vont faire un retour en force apparaissent. De plus en plus, nous nous rendons compte que les réunions virtuelles sont un piètre substitut au réseautage dans la vie réelle. Un nombre croissant d'événements s'engagent désormais avec enthousiasme dans des événements physiques.

/ Publié le avril 21, 2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Lorsque la COVID-19 est passé du statut de menace lointaine à celui d’arrivée indésirable, les conférences virtuelles ont apparemment décollé du jour au lendemain. Même lorsque Trump était encore en train d’affirmer que le coronavirus est le nouveau canular des démocrates, les organisateurs de conférences ont cessé d’organiser des événements en personne à gauche, à droite et au centre.

Sans surprise, les entreprises technologiques ont été parmi les premières à appuyer sur la gâchette. Déjà bien adaptées au monde en ligne, il n’a pas fallu longtemps à Facebook, Google, puis Microsoft, pour annoncer que leurs conférences annuelles de développeurs allaient devenir entièrement virtuelles. Une grande partie du monde leur a emboîté le pas peu après.

Les craintes liées à la COVID-19 pèsent toujours sur les organisateurs d’événements

Aujourd’hui, un peu plus d’un an plus tard, alors que le déploiement de la vaccination bat son plein, il semble que la confiance dans les événements en personne soit toujours aussi faible. Même des événements de startups comme TechCrunch Disrupt – où les participants bénéficient ouvertement de la possibilité de serrer des mains en personne – sont organisés sous forme d’événements virtuels, bien qu’ils aient eu lieu à la fin de l’année.

Cela peut sembler être la chose la plus évidente à faire à ce stade. Mais d’autres ne sont pas si convaincus que l’abandon des événements présentiel soit la bonne décision. Après tout, le déploiement des vaccins s’accélère à mesure que les capacités de production sont mises en ligne. Il est tout à fait possible que nous atteignions un point où la propagation du virus ralentira fortement dans les mois à venir.

Pour certains, il est temps d’aller au-delà des conférences virtuelles

Même si nous ne parvenons pas à maîtriser la COVID-19 cette année, le pire qui puisse arriver aux organisateurs d’événements est l’annulation d’un événement en personne. Mais nous sommes déjà passés par là. Les annulations ou les transitions forcées vers les événements en ligne ne pourront que s’améliorer grâce à l’expérience acquise.

Heureusement, pour ceux d’entre nous qui attendent avec impatience leur premier événement réel depuis je ne sais plus quand, certains signes indiquent que cette année pourrait bien être la bonne. Encouragés par la lumière toujours plus brillante au bout du tunnel, même certains membres du monde de la technologie adaptée à Internet prennent des paris calculés et annoncent des dates fermes dans des lieux “fermes” pour leurs événements de cette année.

Curieusement, une grande partie de cette activité se déroule dans des pays européens comme l’Allemagne, la France et l’Espagne. Tous ces pays ont imposé – et imposent encore – des mesures de verrouillage et de distanciation parmi les plus durables. Pas plus tard que vendredi dernier, face à l’accélération des taux d’infection, la chancelière allemande Angela Merkel a demandé au parlement du pays d’élargir les pouvoirs de son gouvernement pour imposer des mesures de confinement rigoureuses. Pour sa part, la France est également en plein milieu d’un semi-blocage, les résidents étant soumis à un rayon de déplacement strict de 10 km et à un couvre-feu en soirée.

Mais nous pouvons encore trouver un sentiment positif qui couve sous la surface, même au milieu de difficultés persistantes. Lors de son discours télévisé à la nation, le président français Emmanuel Macron s’est montré confiant dans le fait que le programme de vaccination de son pays était en bonne voie pour vacciner les populations les plus à risque dans les mois à venir, et un grand pourcentage de toutes les autres personnes d’ici la fin de l’été. Et ce, de la part d’un pays dont le programme de vaccination est en retard sur celui de nombreux autres pays développés.

Des approches mitigées lors du retour aux conférences de la vie réelle

Bien sûr, les bravades présidentielles ne se traduisent pas nécessairement dans la réalité. De nombreux organisateurs d’événements sont ouvertement conscients du risque durable que représente la COVID-19 pour les conférences en personne. Au lieu de faire l’autruche, ils reconnaissent ouvertement ce risque. Sur la page de billetterie de l’un des événements internationaux de startup en France, la Startup Supercup, les organisateurs ont inclus un avis de couleur vive indiquant que l’événement pourrait être annulé (tout en assurant aux acheteurs de billets qu’ils seront intégralement remboursés si c’est le cas).

D’autres semblent adopter une approche plus équilibrée, et semblent couvrir leurs paris. La Gamescon internationale de Cologne, par exemple, a adopté une approche ” hybride ” pour l’événement de cette année. Bien qu’il soit impossible de dire si cette approche visait à contrôler le nombre de personnes présentes, à fournir une issue de secours intégrée ou (plus cyniquement) à être en mesure de vendre une quantité illimitée de billets, les organisateurs ont mis en évidence un point sur lequel beaucoup d’entre nous sont d’accord dans le communiqué de presse de l’événement : “La communauté et l’industrie désirent une expérience sur place.”

L’universalité de ce sentiment est, bien sûr, discutable. Google, IBM, Nokia, Sony, Oracle et Ericsson ont tous annoncé qu’ils ne participeraient pas à l’IFA en personne cette année. Mais il y a sans doute plus d’une poignée de personnes qui pensent que les conférences virtuelles ont leurs limites. Lorsque tant de participants à une conférence sont là pour les possibilités de mise en réseau autant que pour le contenu proprement dit, il est difficile de prétendre qu’un événement virtuel est autre chose qu’un remplacement édulcoré. Zoom et les autres systèmes de vidéoconférence sont loin d’être parfaits pour l’interaction humaine et, du moins dans un avenir prévisible, la réalité virtuelle restera une sorte de plaisanterie dans ce domaine.

Une connexion humaine authentique : l’élément manquant de la conférence en ligne

Lorsque nous aurons dépassé le stade de la nouveauté que représente le fait de faire des choses en ligne, nous verrons tous les dialogues sur la “nouvelle normalité” remplacés par des “quand cela va-t-il s’arrêter ?”. En tant que créatures sociales innées, sensibles aux subtilités du langage corporel et de la proximité, le désir d’une connexion humaine authentique nous rendra de plus en plus frustrés par les outils en ligne.

Cette résurgence du désir d’une authentique connexion humaine est peut-être la raison pour laquelle une poignée d’organisateurs comme la Startup Supercup se sont engagés dans une approche du tout ou rien. Lorsque l’objectif principal d’événements comme Disrupt et la Startup Supercup est, pour la majorité des participants, de nouer des contacts et de conclure des accords, une conférence virtuelle ne suffit pas. Oui, la réputation de Disrupt va, pour cette année au moins, prospérer en tant qu’événement virtuel, mais ce sera purement sur le dos de la réputation, pas de l’optimalité.

En fin de compte, même si nous en sommes encore aux conférences virtuelles pour un certain temps, le retour des conférences en personne se profile à l’horizon. Le fait que des événements comme la Startup Supercup mettent désormais l’accent sur la nature relationnelle de leurs événements en personne indique que le désir d’un réseautage authentique en personne est déjà là. Il ne nous reste plus qu’à nous asseoir et à espérer que l’élan en faveur d’un retour aux conférences en personne continue de se développer.

– —

(Image en vedette par Samuel Pereira Studio via Unsplash)

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ : cet article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots ” croire “, ” projeter “, ” estimer “, ” devenir “, ” planifier “, ” sera ” et d’autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux discutés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont fondées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer sensiblement de tout énoncé prospectif, qui ne reflète que l’opinion de la direction de la société à la date du présent document. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.