mai 15, 2021 8:53 AM

La monnaie est-elle en train de boucler la boucle ?

Jusqu'à il y a une centaine d'années, la monnaie était en grande partie adossée à des métaux précieux et intrinsèquement stable. Mais tout a changé au cours du siècle dernier, lorsqu'une série de réformes nous a entraînés sur la pente glissante des monnaies fiduciaires flottant librement et reposant sur une foi aveugle. Alors comment en sommes-nous arrivés là, et pouvons-nous y faire quelque chose ? Il s'avère que oui, et la réponse pourrait bien se trouver dans la crypto-monnaie.

/ Publié le avril 19, 2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Il était une fois, la monnaie était simple. On pouvait la sentir. On pouvait la peser. Et on pouvait la stocker, avec la certitude que sa valeur resterait relativement stable dans le temps. En tant que substitut du troc, elle n’était, fondamentalement, qu’un autre bien ayant une valeur tangible. Certaines monnaies ont même tiré leur nom de ce simple fait sous-jacent. La livre sterling (GBP), par exemple, a pris son nom dans l’Angleterre anglo-saxonne parce qu’elle était l’équivalent littéral de 240 pièces d’argent sterling, soit précisément une livre d’argent.

Les métaux précieux ont dominé le paysage monétaire au cours de l’histoire

La frappe ou l’adossement des monnaies à des métaux précieux est resté la norme pendant la majeure partie de l’histoire, même lorsqu’elles étaient remplacées ou redénommées. Lorsque la livre sterling a été redénominée au début des années 1700, le “maître de la monnaie”, Sir Isaac Newton lui-même, a défini la valeur de la livre comme étant de 4,25 £ par once d’or fin.

Les monnaies plus contemporaines partageaient également les mêmes qualités de métal précieux. Au cours du même siècle, lorsque le Coinage Act de 1792 a établi le dollar américain, il a également défini la valeur de ses unités monétaires en termes de métaux : or, argent et cuivre.

Si les pièces elles-mêmes n’étaient pas toujours frappées avec les métaux précieux sous-jacents, ces monnaies “représentatives” étaient toujours facilement échangeables contre leur valeur équivalente dans le métal sous-jacent. À l’exception de quelques pratiques comme le rasage des pièces, les monnaies en métal précieux étaient de l’argent honnête – il n’y avait aucun moyen facile de manipuler leur valeur.

Le dollar américain : autrefois soutenu par le métal, il était la réponse à l’inflation galopante

L’émergence du dollar américain a d’abord été une réponse à l’inflation galopante d’une première expérience monétaire à l’échelle du continent – la monnaie américaine “continentale” non adossée. Contrairement à la Continental, qui pouvait être imprimée en quantités illimitées et ne conservait sa valeur que tant que les gens restaient confiants dans son utilité en tant que moyen d’échange, le dollar américain s’est avéré être une monnaie stable et de longue durée, en grande partie grâce à son adossement à des métaux précieux.

Mais les bons vieux jours n’ont pas duré, et le siècle dernier a vu d’énormes bouleversements dans un système monétaire qui avait, par essence, traversé plusieurs millénaires et continents. Tout a commencé avec l’abandon de l’étalon-or au beau milieu de la grande dépression.

Naturellement, la confiance dans le système bancaire a été gravement ébranlée. En 1933, les retraits bancaires étaient fréquents. La méfiance générale à l’égard du secteur bancaire s’est répercutée sur la monnaie, et la thésaurisation des pièces d’or s’est généralisée, conduisant les gouvernements du monde entier à abandonner l’étalon-or.

Une mesure temporaire met en branle le processus de dépréciation de la monnaie

L’abandon de l’étalon-or ne devait être qu’une mesure temporaire destinée à remédier à une grave déflation et à rétablir la confiance dans le système bancaire. Mais il a jeté les bases de ce qui allait se passer. En particulier, l’Emergency Banking Act de 1933 a établi la séparation entre la présidence américaine et la réserve fédérale, préfigurant ainsi la séparation du contrôle des politiques monétaire et fiscale que nous connaissons aujourd’hui.

Bien sûr, le début des années 1900 a été une période turbulente et, alors que la Grande Dépression touchait à sa fin, une autre guerre mondiale était en cours. Le monde était dans un état de désarroi.

L’innocence de l’optimisme aveugle a permis de garder le cap

Avec la fin de la guerre et le besoin désespéré de se rassembler et de reconstruire, l’optimisme quant à un avenir meilleur est élevé. Une coalition de dirigeants mondiaux a donné naissance à ce que nous connaissons sous le nom de système de Bretton Woods. L’espoir était de mettre fin à la dévaluation compétitive des devises, faisant du monde un endroit beaucoup plus coopératif.

Malheureusement, l’idée que le monde entier s’entende et rattache volontiers sa monnaie au dollar tout en laissant aux Américains le soin de gérer les réserves d’or nécessaires était peut-être un peu trop utopique. Vers le milieu ou la fin des années 60, la prospérité économique croissante de l’Europe et du Japon, la diminution des réserves d’or fractionnaires des États-Unis, la guerre du Vietnam et quelques difficultés liées à la balance des paiements ont fini par faire s’écrouler tout cela. Plus d’une poignée de monnaies – dont le puissant dollar américain – ont été laissées libres de flotter au gré des caprices et des souhaits du marché. Les gouvernements ont obtenu le droit d’imprimer ce qu’ils voulaient, et un monde de monnaies fiduciaires est né.

Un levier de plus pour le gouvernement

Le fil conducteur de l’histoire de notre système monétaire moderne est l’utilisation par les États-nations de la monnaie comme d’un levier supplémentaire dans leur gestion des affaires intérieures et dans leur lutte constante pour la suprématie internationale.

C’est un jeu dangereux qui peut rapidement découpler la valeur d’une monnaie des réalités économiques quotidiennes sur le terrain. Les nombreux chocs monétaires auxquels nous avons assisté au cours du 20e siècle en disent long à ce sujet. Un exemple est particulièrement frappant : la hausse constante du prix de l’or.

Les métaux précieux : la vraie mesure de la valeur

En tant que réserve de valeur à la fois tangible et historique, en termes réels, une unité d’or donnée devrait avoir une valeur à peu près équivalente à deux moments donnés. Bien entendu, la valeur d’un article donné est susceptible de fluctuer en fonction de l’évolution de la demande et d’autres forces du marché, mais elle devrait tendre vers de l’équilibre.

La forte corrélation entre les prix de produits de base tels que le pétrole et l’or est un indicateur approximatif de cette vérité. À l’exception des chocs massifs qui perturbent l’équilibre des choses – comme la pandémie de la COVID-19, qui a entraîné une surabondance massive de pétrole nécessitant une liquidation désespérée – la valeur de l’or ne s’écarte généralement pas trop de celle des autres matières premières.

En d’autres termes, la hausse du prix de l’or en termes d’unités monétaires – sans hausse correspondante en termes d’unités d’une marchandise – renvoie à la baisse de la valeur du dollar. Bien sûr, nous parlons de ces choses avec un langage feutré et euphémique comme le “taux d’inflation cible” et l'”indice des prix à la consommation”, mais si nous appelons un chat un chat, tout cela se traduit par une dévaluation du dollar. Ce n’est pas une coïncidence si deux des plus grands pics du prix de l’or ces derniers temps se sont produits parallèlement à l’expansion sans précédent du bilan de la Fed pendant la crise financière de 2008 et, plus récemment, en réponse à la pandémie.

N’adhérez pas au débat Bitcoin vs or : plus de crypto-monnaie n’est pas beaucoup mieux

De plus en plus, les professionnels de la finance et les investisseurs débattent des mérites du bitcoin par rapport à l’or avec une vénération qui les aurait fait rire il y a seulement quelques années. Mais les crypto-monnaies semblent désormais être là pour rester. Leurs partisans sont convaincus qu’elles constituent une alternative viable aux monnaies traditionnelles et des entreprises de plus en plus importantes s’y rallient et acceptent les paiements en crypto-monnaies.

Ce dernier point est, pour beaucoup, l’une des facettes les plus attrayantes des crypto-monnaies, ce qui les amène à être convaincus qu’ils peuvent avoir le beurre et l’argent du beurre. En tant qu’actif de plus en plus liquide qui offre une échappatoire aux dollars et aux cents contrôlés par les gouvernements, son attrait est évident – l’or et l’argent ne sont pas exactement faciles à dépenser.

Mais il y a une erreur commune ici : croire qu’une échappatoire à la monnaie traditionnelle est nécessairement une alternative à l’or ou à l’argent. Après tout, les investisseurs sérieux débattent sérieusement de l’opposition entre le bitcoin et l’or alors qu’en réalité, le bitcoin n’est pas différent du dollar moderne – il n’est absolument pas adossé à quoi que ce soit de valeur. Même les alternatives dites “stables” ne sont, en général, que rattachées à leur actif sous-jacent, et non adossées à celui-ci.

Il existe un moyen de s’en sortir : Les pièces AUX et AGX de LODE

Il semblerait que nous n’ayons plus que l’embarras du choix. L’illiquidité des métaux précieux ou l’instabilité des monnaies traditionnelles et des crypto-monnaies. Mais il existe des alternatives qui combinent le meilleur des deux mondes, comme c’est le cas des pièces AGX et AUX de LODE, innovantes et garanties par l’or et l’argent.

Le concept de ces pièces rappelle les temps anciens : placer de l’or et de l’argent dans un coffre-fort et frapper des pièces garanties par ces métaux. Mais la mise en œuvre est tout à fait moderne : les pièces sont frappées sur la blockchain.

Lorsque le moment est venu d’échanger les pièces, les détenteurs ont deux possibilités : les échanger contre leur valeur équivalente en or ou en argent – ce qui garantit leur valeur – ou les dépenser chez les détaillants participants. À cette fin, LODE a lancé l’application de paiement LODEpay qui l’accompagne. Fonctionnant exactement comme n’importe quelle autre technologie de paiement moderne, LODEpay assure des transactions transparentes chez les détaillants participants pour tous les détenteurs de pièces, ouvrant ainsi une nouvelle ère de liberté et de stabilité dans le domaine monétaire.

– —

(Image en vedette par Christine Roy via Unsplash)

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ : cet article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots ” croire “, ” projeter “, ” estimer “, ” devenir “, ” planifier “, ” sera ” et d’autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux discutés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont fondées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer sensiblement de tout énoncé prospectif, qui ne reflète que l’opinion de la direction de la société à la date du présent document. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.