juin 25, 2022 1:40 PM

Le changement des habitudes alimentaires du Canada pour les exploitants alimentaires

Un changement dans les habitudes alimentaires des consommateurs a récemment été observé au Canada, mais les opérateurs de B&F sont-ils prêts à profiter de cette opportunité ?

/ Publié le septembre 10, 2020

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Dans un paysage en constante évolution, en particulier dans un pays aussi avant-gardiste que le Canada, le changement est une chose trop constante qui se produit presque à chaque instant, perturbant la norme actuelle et la remplaçant par quelque chose qui peut soit durer, soit éclater comme une bulle dès qu’une nouvelle tendance se dessine. La bonne nouvelle, cependant, est que le changement des habitudes alimentaires des canadiens ouvre de nombreuses possibilités aux entreprises canadiennes à l’horizon 2019, comme l’indique le rapport d’Eagle Eye, le principal fournisseur de marketing numérique en mode SaaS, intitulé “L’évolution des goûts et des saveurs : L’attitude des Canadiens à l’égard des marques de produits alimentaires et de boissons évolue. Les exploitants de F&B vont-ils assez vite ?“. Le rapport d’Eagle Eye, qui s’appuie sur une enquête menée auprès de plus de 2 000 consommateurs canadiens et d’environ 40 000 professionnels du secteur des aliments et des boissons, révèle comment ces consommateurs s’engagent auprès des professionnels du secteur. Le rapport étudie également si ces mêmes professionnels sont équipés des outils et de la technologie appropriés exigés par leurs consommateurs et leur marché.

Principales conclusions du rapport

Selon le rapport, les résultats révèlent qu’environ 71 % des personnes interrogées prennent un repas à l’extérieur de leur maison au moins dix fois par mois, alors que la jeune génération et les professionnels en activité le font beaucoup plus fréquemment, en mangeant au restaurant près de vingt fois par mois. Le rapport a également révélé que jusqu’à 62 % des consommateurs dépensent jusqu’à 30 dollars par visite, tandis que 30 % des consommateurs canadiens participent à un programme de fidélité dans un restaurant

Cependant, alors que ces résultats montrent que le nombre de repas au restaurant atteint facilement un niveau record, le rapport révèle également que les exploitants de F&B ne parviennent pas à s’engager auprès de leurs clients, 38 pour cent des clients n’ayant pas entendu parler d’une marque au cours des trois derniers mois. En outre, seuls 22 % ont reçu une offre personnalisée pour une première visite, tandis que 60 % des clients ne reviendraient après une visite que si un coupon leur était offert. Selon Tim Mason, directeur général d’Eagle Eye, “le secteur de l’alimentation et des boissons est aujourd’hui de plus en plus compétitif, mais la plupart des opérateurs ne savent pas qui sont leurs clients, à quelle fréquence ils visitent et ce qu’ils commandent”.

Avec une infrastructure numérique appropriée, les opérateurs du secteur de l’alimentation et des boissons peuvent rentabiliser les visites répétées et augmenter les dépenses par visite”, poursuit-il. Par rapport aux États-Unis, les conditions économiques du Canada sont propices à l’expansion du marché de détail, le PIB du pays affichant une croissance modeste. Le changement des habitudes alimentaires des consommateurs ne fera qu’ouvrir de nouvelles perspectives de revenus pour les marques canadiennes, à condition qu’elles profitent de ce changement d’habitudes alimentaires.

AVERTISSEMENT : Le présent article a été traduit de CAStocks.org par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.