juin 25, 2022 3:01 PM

Les télécommunications à la manière d’Uniserve

Une entreprise de télécommunications amorce le processus qui consiste à sortir du cadre régional et à devenir plus national tout en faisant face à l'évolution de la réglementation et de l'USMCA

/ Publié le novembre 30, 2018

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Le Canada continue à développer son infrastructure pour les industries des télécommunications de diverses manières. Il possède des entreprises de longue date qui se spécialisent dans ce domaine (comme Uniserve), les géants mondiaux et les entreprises régionales qui créent de nouveaux services. En 2016, le secteur des télécommunications de l’économie canadienne a réalisé un chiffre d’affaires de 48,7 milliards de dollars. L’industrie se compose d’environ six secteurs :

  • Ligne privée
  • Local
  • L’interurbain
  • Internet
  • Sans fil
  • Données

Les grandes entreprises expérimentées, connues sous le nom de fournisseurs de services de télécommunications (FST), ont environ 59 % des revenus de l’industrie. Le Canada utilise des entreprises de télécommunications par câble pour 33 % de ces revenus. La plupart des fournisseurs de services se classent comme revendeurs et ne réalisent que 4 % des revenus. Le gouvernement canadien a encouragé les fournisseurs à faire plus pour numériser le Canada. La politique réglementaire est entré en vigueur en 2016. Dans certaines régions, le gouvernement continue à financer des infrastructures ou des mises à niveau dans les environnements ruraux et urbains. Il a également fixé des mandats de vitesses d’accès d’au moins 50 mégabits par seconde (Mbps) pour les téléchargements et de 10 Mbps pour les téléchargements en amont. Il veut que toutes les grandes routes de transport soient sans fil. La concentration gouvernementale s’est déplacée vers les services d’accès à l’internet à haut débit. Les nouveaux services sont rentables, tandis que les services traditionnels commencent à coûter plus cher à entretenir qu’à rentabiliser. Le gouvernement définit les protocoles plus modernes comme Ethernet et le protocole Internet (IP). Aujourd’hui, les systèmes à fibres optiques sont entrés dans le domaine.

USMCA

Fin septembre, une nouvel accord commercial entre le Mexique, le Canada et les États-Unis couvrait l’industrie des télécommunications. La réglementation de l’industrie au Canada ne sera pas affectée. Les États-Unis ont décidé d’être spécifiques comme pour les publicités du Super Bowl, la protection des droits d’auteur et les circuits commerciaux. Voilà pour l’authenticité et les communications entre les deux pays afin de maintenir la sécurité des frontières. Les États-Unis ont choisi de soutenir les anciennes industries avec rancune plutôt que d’aller de l’avant. Le Canada, en revanche, a trouvé des moyens de mettre plus rapidement sur le marché des protocoles, des processus et des inventions.

Uniserve Corporation (TSXV : USS)

Parmi les actions de capital-risque figure le TOP 50 du TSX en 2018 Uniserve Corporation. Ses revenus ont augmenté de 24 %, ce qui a permis de dégager 8,8 millions de dollars. Annoncée comme une société de communications unifiées offrant un service de classe mondiale, elle combine des services de voix, de médias et de données dans les régions de Calgary, Kitchener-Waterloo et Vancouver. L’annonce récente de la démission de son directeur et de son PDG à la fin du mois de septembre a marqué le début d’une réorganisation. L‘entreprise avait déjà connu une réorganisation au printemps

Le Canada développe son infrastructure pour les industries des télécommunications. En 2016, l’industrie a réalisé un chiffre d’affaires de 48,17 milliards de dollars. (Source)

Les activités Uniserve

Au printemps dernier, ils ont élargi l’accès aux centres de données à travers le pays. Elle a maintenant accès à 43 centres de données de niveau I, II et III grâce à de multiples accords avec les fournisseurs canadiens de télécommunications et de données. Il ne s’agit peut-être plus d’un stock de capital-risque pour longtemps. Elle a réussi à obtenir sept centres de niveau III certifiés pour la conception/construction dans l’Est du Canada, à Toronto, Ottawa et Calgary. Elle peut maintenant étendre ses solutions d’entreprise internationales et prendre une part importante du marché. Elle a élaboré un plan pour cibler les marchés de l’Asie/Pacifique ainsi que les marchés des États-Unis et de l’Europe. Les installations de niveau III sont dotées d’une technologie de pointe. La société a réussi à acquérir Xanity, RootCellar Technology et Glenbrier Technology, tout en se joignant aux initiatives technologiques de la chaîne d’approvisionnement l’année dernière. Bien que les actions aient été volatiles ces derniers temps, la société continue à se restructurer pour pouvoir traiter une plus grande partie du marché. Alors qu’Uniserve Corporation prend davantage les caractéristiques des grandes entreprises, il sera intéressant de suivre l’évolution de la situation en 2019. Ses offres de services “Smart Home Service” devraient offrir quelque chose pour le marché du logement en pleine croissance à Toronto ainsi qu’à Vancouver. L’ajout de Toronto à ses centres de données offre l’opportunité de développer des voies d’accès vers l’extérieur, tout en continuant à offrir des services d’acquisition et de développement.

Gérer le tout

 Avec la réorganisation, le temps qu’il faudra pour gérer et intégrer tous ces services dans un marché extrêmement compétitif aura un impact sur le stock. Elle se déplace, et les acquisitions ne sont pas passées inaperçues pour les autres grandes entreprises de télécommunications. Elle peut devenir un fruit juteux, juste dodu pour la cueillette si le capital ne couvre pas toute la réorganisation et les acquisitions. Certaines des décisions ont été stratégiques, comme celle de RootCellar Technologies qui a donné une équipe d’experts pour la gestion des données critiques. Il faut du temps et de bonnes personnes glissées dans une position qui correspond à leurs compétences et à leurs ensembles de résolution de problèmes pour créer l’environnement d’une entreprise mondiale. Selon la personne choisie pour les postes dont elle a récemment démissionné, les investisseurs devraient savoir ce qui est mis en avant ensuite par ses expériences professionnelles antérieures. Quoi qu’il en soit, le titre a pris une légère baisse récemment, créant une opportunité pour ceux qui sont prêts à prendre le risque de soutenir un éventuel prochain diplômé sur le marché du TSX. Le thème de la facturation d’un seul service pourrait bien s’imposer au niveau national, car il laisse entendre que ses concurrents aiment envoyer plus d’une facture. Après toute l’activité d’acquisition d’Uniserve Corporation, et tout son travail acharné, elle pourrait se voir classée comme une possibilité d’acquisition par l’une des plus grandes entreprises cherchant des moyens d’ajouter à ses portefeuilles. Les télécommunications d’Uniserve Corporation continuent de devenir une utilité et une nécessité.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.