juillet 28, 2021 5:39 PM

Renouveler votre portefeuille grâce à l’énergie verte

Les marchés n'ont jamais été aussi incertains. Beaucoup d'investisseurs craignent un crach boursier imminent, tandis que d'autres pensent qu'ils surfent sur la vague du vaccin contre le malaise pour atteindre des sommets jamais vus auparavant. Cette situation, associée à des taux d'intérêt presque inexistants, ne fait que compliquer les choses pour l'investisseur à long terme qui cherche à faire fructifier son investissement tout en obtenant un bon rendement. L'énergie verte est-elle la réponse ?

/ Publié le novembre 16, 2020

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

L’investissement à long terme était autrefois une affaire relativement simple. Achetez un fonds indiciel, placez des liquidités sur un compte rémunéré. C’est fait. C’est simple. Mais ensuite, la Banque du Canada s’est ennuyée pendant le confinement de la COVID-19 et a décidé de secouer un peu les choses. Elle a ouvert un compte chez Canada Copy, joint un pdf de Sawbacks and Bordens, puis écrasé le clavier numérique pendant plusieurs secondes en remplissant la case “QTY”. Puis, réalisant que la “folie” de ses achats en ligne la laisserait fortement surchargée, elle a décidé de réduire de 85 % sa gamme de produits, faisant passer son taux d’intérêt directeur de 1,75 % à 0,25 %.

Aujourd’hui, la bourse est en pagaille. Largement surévaluée selon certaines estimations, de nombreux investisseurs, connus ou moins connus, craignent que nous ne soyons dans une période de turbulences. Et tout espoir de trouver un compte rémunéré qui puisse même suivre l’inflation est perdu.

Vers quoi nous tourner maintenant ?

Que faisons-nous maintenant ? L’immobilier ? Peut-être pas. Cela aussi semble surévalué. Les obligations ? Non. Avez-vous vu le rendement des obligations à rendement réel? (Indice, il faut effectivement payer pour le plaisir d’en détenir une.) Et l’or ? Peut-être, mais c’est un gros peut-être. Malgré toutes les prédictions concernant une terre promise à plus de 2 000 dollars, il y a beaucoup de résistance au-dessus de 1 960 dollars et beaucoup d’inconvénients en dessous de 1 860 dollars.

Qu’en est-il des actions à dividendes de bonne valeur dans un secteur qui est presque garanti de se porter exceptionnellement bien dans les années à venir ? Oui, je vous en prie ! Mais ces actions existent-elles vraiment ? Oui, elles existent : dites bonjour à l’énergie verte.

Qu’est-ce que l’énergie verte a de si particulier ?

Les énergies vertes et renouvelables ont été des sujets brûlants ces dernières années. Mais leur adoption à grande échelle n’est pas encore arrivée. Les obstacles technologiques doivent être surmontés et la volonté publique n’est pas au rendez-vous.

Mais dans son rapport “Renewables 2020” récemment publié, l’AIE estime que nous avons atteint le point de basculement où l’énergie verte est sur le point de connaître une nette régression. Cela correspond également à un rapport publié par l’Agence il y a quelques mois, qui a révélé que le coût des nouveaux projets de production d’électricité solaire était désormais moins élevé que les anciens projets de charbon et de gaz que nous avons appris à connaître et à aimer (pour leur production d’électricité à bas prix), ce qui constitue une incitation financière énorme pour les investissements dans l’énergie solaire.

Les grandes compagnies pétrolières et gazières se joignent à la tendance

La force du mouvement est telle que de nombreuses compagnies pétrolières et gazières fixent désormais de nobles objectifs de réduction des émissions. Il est vrai qu’une partie de ces objectifs est probablement motivée par les objectifs de réduction nette zéro fixés par les États membres de l’UE et d’autres pays, comme le montre la disparité géographique des investissements dans le secteur du pétrole et du gaz, mais cela n’a rien à voir. Le fait que les compagnies pétrolières et gazières investissent massivement en tant que promoteurs ou investisseurs en actions en dit long sur la direction que nous prenons, en particulier si l’on considère la croissance prévue de sept fois la part d’investissement de ce secteur dans les énergies renouvelables.

(AIE, Capacités renouvelables installées et contractées par les grandes compagnies pétrolières et gazières, 2018-2025, Paris)

La prochaine présidence Biden est également de bon augure pour le maintien de cette tendance. On craignait que la décision de Trump de se retirer de l’accord de Paris incite d’autres pays à suivre son exemple. Mais Biden a promis de réintégrer les États-Unis dans l’accord comme l’un de ses premiers objectifs. Cette nouvelle pression exercée par les États-Unis devrait dissuader d’autres pays qui envisageaient également de se retirer de l’accord, ce qui garantirait que la pression politique en faveur de la décarbonisation reste élevée.

L’électricité reste majoritairement à l’épreuve de la COVID-19

Un autre rapport de l’AIE étudiant l’impact de la COVID-19 sur la demande d’électricité a révélé que, bien qu’il y ait eu une baisse de la demande d’électricité pendant la période de pointe des fermetures à l’échelle mondiale, elle a rapidement remonté à une moyenne de seulement 5 à 10 % inférieure à celle des périodes équivalentes ajustées aux conditions météorologiques en 2019. Bien que cette baisse de la demande ne soit pas insignifiante, elle semble toutefois presque positive si on la compare à la façon dont la plupart des autres entreprises se sont comportées tout au long de la crise sanitaire mondiale.

De nombreuses actions du secteur de l’énergie verte rapportent de bons dividendes

C’est là que les choses deviennent intéressantes. À la différence des “tech-darlings” de ces derniers mois qui, tout comme le cours de leurs actions, se concentrent uniquement sur la réalisation de l’expansion la plus rapide possible, de nombreuses entreprises d’énergie verte réalisent des bénéfices importants et les reversent à leurs actionnaires. Et, étant donné l’état actuel du marché des énergies renouvelables, ces dividendes sont parmi les plus sûrs et les plus stables qui soient.

Ce qui est si attrayant dans tout cela, c’est que le rendement en dividendes presque garanti ne servira qu’à empêcher les cours des actions de s’effondrer si les prédictions de l’apocalypse concernant un crash boursier se réalisent. Aussi irrationnel que le marché puisse devenir, il y aura toujours un marché pour les actions à haut rendement.

Dans quoi investir ?

En gardant ces considérations à l’esprit – des dividendes stables, des actions dans le secteur des énergies renouvelables – voici six choix qui vous serviront bien comme actions d’achat et de conservation à long terme. Elles ont toutes obtenu une note supérieure à la moyenne en matière de durabilité des dividendes,

Brookfield Renewable Partners (TSX: BEP-UN, rendement de dividende : 3,1%)

Brookfield est l’une des plus grandes plateformes d’énergie renouvelable cotées en bourse dans le monde, avec un portefeuille contenant près de 20 MW de capacité et plus de 5000 installations de production d’électricité en Amérique du Nord et du Sud, en Europe et en Asie. Son principe de base est d’offrir un rendement annualisé à long terme de 12 à 15 %.

Innergex Renewable Energy (TSX : INE, rendement de dividende : 3,0)

Innergex, qui célèbre actuellement son 30e anniversaire, est fortement impliquée dans le développement et l’exploitation d’installations hydroélectriques, éoliennes et solaires dans le monde entier.

Algonquin Power & Utilities (TSX : AQN, rendement de dividende : 3,9)

Algonquin n’est pas une entreprise de production d’énergie renouvelable à proprement parler. Elle possède un portefeuille diversifié dans les domaines de la production, du transport et de la distribution de gaz naturel, d’eau et d’électricité. Mais l’énergie verte est une préoccupation majeure de la société, qui se définit comme “un leader mondial des énergies renouvelables grâce à son portefeuille d’installations de production éolienne, solaire et hydroélectrique sous contrat à long terme, représentant plus de 2 GW de capacité installée et plus de 1,6 GW de capacité supplémentaire d’énergie renouvelable en construction”.

(Image présentée par Kenueone (CC0 1.0) via Wikimedia Commons)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.