février 27, 2021 6:19 PM

Perspectives énergétiques : le pétrole brut Brent atteint 50$.

Pour la première fois depuis que la pandémie a fait s'effondrer les marchés, le prix du Brent est passé au-dessus de 50$ le baril, une bonne nouvelle. Mais il reste des pièges et des obstacles pour l'industrie pétrolière et gazière en difficulté, tant au niveau national qu'international, et la reprise de la bourse à la suite de la hausse des prix pourrait ne pas être synonyme de reprise à long terme.

/ Publié le décembre 14, 2020

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

La semaine dernière, le prix du Brent a clôturé à un peu moins de 50 dollars le baril, où il a plané (comme nous l’avions prédit) jusqu’à la fin de la semaine, où il a finalement dépassé cette ligne symbolique. Le franchissement de la barre des 50 dollars n’est que le dernier jalon pour ce produit qui se rétablit lentement, et pour les nombreuses entreprises qui en dépendent, ici au Canada et à l’étranger.

Ces entreprises sont maintenant sous les feux de la rampe en raison de la hausse des prix, pour le meilleur ou pour le pire. Dans les perspectives énergétiques de cette semaine, nous examinons les facteurs qui font monter le prix du pétrole, ainsi que les pressions et les possibilités qui s’offrent aux compagnies pétrolières qui en dépendent.

Le pétrole atteint enfin 50 dollars, mais le brut Brent tiendra-t-il le coup ?

Il n’y a pas de facteur unique évident ayant causé la hausse des prix du Brent, mais une combinaison de forces est à l’œuvre. Les conséquences de l’accord de l’OPEP il y’a deux semaines ont certainement laissé un air d’optimisme, dans lequel la demande croissante de l’Asie, et plus étonnamment du Brésil, a contribué à faire augmenter la demande. Malheureusement, il semble que la spéculation ait également joué un rôle, et il y a peut-être lieu de douter de la durabilité de la hausse des prix.

Au moins une partie de l’augmentation de la demande responsable de la hausse du prix du pétrole semble provenir de l’anticipation et de la spéculation. Aux États-Unis, les stocks ont augmenté, les entreprises s’accumulant en prévision de la demande de voyages de Noël. Poussées par l’optimisme entourant le début de la mise en place de vaccins au Royaume-Uni et ailleurs, ces hausses de demande prévues pourraient ne pas se réaliser si les États américains ou le gouvernement fédéral commencent à prendre des mesures préventives.

Pire encore, certains pays de l’OPEP ne respectent déjà pas l’accord et poursuivent des accords qui pourraient entraîner une nouvelle hausse de l’offre. Malgré la réticence d’Abou Dhabi, la demande pourrait encore être suffisante pour maintenir le pétrole au-dessus de 50 dollars, mais la probabilité qu’elle stagne ou redescende est importante. Cela n’a pas empêché les compagnies pétrolières de profiter de la hausse.

Les compagnies pétrolières se réjouissent et font grimper le marché boursier canadien

Sans surprise, certaines des premières compagnies à bénéficier du franchissement de ce seuil symbolique et psychologique cette semaine ont été les géants du pétrole et du gaz. Mais les plus petites compagnies pétrolières et gazières ont également rallié le mouvement, le prix des actions de certains producteurs de pétrole ayant augmenté de 9,9 %. En fait, leur rallye de jeudi a été suffisant pour transformer une baisse générale de la journée en une reprise sur l’ensemble du TSX.

Il ne faut pas s’étonner que l’ensemble du marché canadien ait rebondi avec le prix du Brent, car l’économie est tellement dépendante des ressources naturelles. L’Alberta en particulier, avec sa forte dose d’entreprises d’extraction, de raffinage et de transport, est ancrée dans le secteur pétrolier, connaît une poussée de l’activité économique et financière. Reste à savoir si cette hausse sera permanente ou temporaire, bien sûr, mais les entreprises intelligentes cherchent des moyens de la renforcer.

Les fusions ne sont pas le seul mouvement qui secoue le secteur pétrolier

La consolidation est souvent le signe d’une reprise du marché. Alors que les entreprises faibles continuent à se battre, les entreprises plus grandes ou plus fortes se précipitent souvent pour acquérir ou fusionner en utilisant les liquidités du marché ou en tirant parti de la promesse d’un retour en force du marché. Le secteur pétrolier ne fait pas exception, d’abord Cenovus et Husky, maintenant Whitecap et TORC. Bien que cela puisse être de bon augure pour l’industrie, tous les travailleurs n’en verront pas les avantages, car les fusions s’accompagnent souvent de “synergies” réduisant les coûts, ce qui pourrait très bien mettre en péril certains emplois.

En outre, de nombreuses grandes compagnies pétrolières, et certaines petites compagnies, plus économes, commencent à envisager sérieusement des alternatives. Si cette tendance n’est pas nouvelle, la hausse du prix du Brent a remis sous les feux de la rampe les tentatives des compagnies pétrolières de se diversifier ou de “passer au vert”. Des sociétés comme Exxon ou Shell n’ont pas hésité à essayer de pénétrer dans le secteur des énergies renouvelables ou du moins plus propres, en prévision de la transition mondiale vers les énergies propres. Cela ne signifie pas qu’elles ne se développent pas également dans le secteur traditionnel des combustibles fossiles, que les entreprises canadiennes n’ont guère hésité à promouvoir.

La stratégie est conçue pour immuniser ces grands conglomérats dépendants du pétrole et du gaz contre un éventuel effondrement des combustibles fossiles (comme l’évolution vers l’hydrogène). Cependant, elle n’a pas réussi à les protéger des critiques, et certaines de leurs campagnes sont même devenues des cibles en raison de l’hypocrisie perçue.

D’autres nouvelles énergétiques éclipsées par le prix du Brent

Le monde du pétrole et de l’énergie s’étend bien au-delà des horizons canadiens, et il est important de se tenir au courant de quelques autres développements intéressants, même si nous sommes tentés de nous obséder sur les prix du brut Brent.

En Inde, dans un contexte de demande croissante et de grèves continues, les prix de l’essence à la pompe ont atteint des sommets presque records et les entreprises ont été contraintes de réduire leurs bénéfices pour les empêcher d’augmenter davantage. Ce qui pourrait déstabiliser l’industrie, sinon l’économie.

Aux États-Unis, les entreprises de fracturation et autres entreprises de combustibles fossiles ont puisé dans les programmes de prêts fédéraux conçus pour l’aide à la crise du Covid-19 pour se renforcer pendant la récession. Si, pour beaucoup, cela peut sembler être un stimulus légitime destiné à soutenir le secteur fragile, d’autres ont critiqué les entreprises qui ont utilisé ces prêts pour accélérer les fusions ou gonfler les dividendes.

Il est clair que le monde de l’énergie ne cessera pas de tourner en raison du passage de la barre symbolique des 50 dollars. Mais si l’on en croit le prix du Brent, il pourrait s’accélérer. Raison de plus pour se tenir au courant de l’actualité minière et énergétique!

(Image présentée par Catmoz via Pixabay)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été traduit de CAStocks.org par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.