juillet 28, 2021 4:51 PM

Oceana Canada alerte sur l’état des océans

L’organisation de protection des mers, Oceana Canada, accuse ouvertement le gouvernement de ne pas avoir respecté son engagement de maintenir des stocks de poissons en bonne santé. Alors que le nombre de populations saines a diminué de 8% entre 2017 et 2020, les entreprises canadiennes de produits maritimes continuent de bénéficier d’un soutien inconditionnel de la part du gouvernement fédéral.

/ Publié le novembre 19, 2020

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Lors de son quatrième audit annuel sur la pêche, Oceana Canada a affirmé que la gestion des pêches canadiennes était au bout du rouleau ! Le groupe de défense maritime a critiqué le gouvernement fédéral, pour ses politiques et ses investissements incapables de reconstruire l’économie bleue et de maintenir la longévité des populations de poissons et fruits de mer.

Preuve à l’appui, le rapport accuse le gouvernement de ne pas honorer ses engagements

Selon le rapport, les pêches canadiennes ont clairement diminué depuis le début des déclarations en 2017. À peine 26,8% des populations de poissons sont jugées en bonne santé. Oceana assure que ce chiffre est en déclin continu : Le nombre de populations saines a diminué de 8% entre 2017 et 2020.

L’organisation accuse ouvertement le gouvernement de ne pas avoir respecté son engagement de maintenir des stocks de poissons en bonne santé. Elle s’appuie sur ces chiffres qui montrent que le secteur maritime canadien est toujours limité, encore pire, il a connu une nette dégradation. L’audit note également que les informations du ministère de la pêche, pour le tiers des 200 stocks marins canadiens, restent incomplètes. Oceana recommande au gouvernement de répertorier tous les stocks en danger et d’élaborer des plans pour les reconstituer.

D’une autre part, l’audit a salué des progrès réalisés pour protéger des populations de poissons gravement épuisés tels que : le crabe des neiges, les crevettes et les poissons de fourrage.

Mais… Qui est Oceana Canada ?

Fondée en 2015, Oceana Canada est une branche du groupe international d’organisations caritatives indépendantes Oceana. Ce groupe œuvre pour la défense des intérêts liés à la protection des richesses maritimes. Oceana Canada a réussi plusieurs de ses challenges précédents. Par exemple, elle a mené avec brio des campagnes pour lutter contre le commerce des ailerons de requins, la surpêche, ou encore pour la protection des habitats marins. L’association canadienne ne compte pas s’arrêter là et milite sans merci pour le bon respect des lois sur la pêche. En outre, le groupe ne cesse de demander au ministère de la pêche un accès garanti aux informations relatives aux pêcheries du pays.

Le Canada paie la facture d’être un des leaders du domaine

Nul ne peut nier l’importance stratégique et économique du Canada autant que grand exportateur de poissons et de fruits de mer. Les entreprises canadiennes distribuent au monde entier (essentiellement les États-Unis, la Chine et l’Europe) des quantités hallucinantes en homard, crabe des neiges, saumon et crevette. Or, selon plusieurs observations, le Canada a atteint ses limites et commence même à les dépasser.

Si les richesses maritime canadienne sont en état d’alarme, c’est pour une seule et unique cause : la surexploitation. Bien que des millions (voir des milliards) de personnes à travers le monde se nourrissent essentiellement de poissons et de fruits de mer, l’être humain commence à nuire aux océans de façon affolante. La surpêche devient une réelle menace pour plusieurs pays qui consomment le poisson traditionnellement, notamment les pays insulaires en développement.  

Les entreprises : les plus grandes gagnantes !

Les entreprises canadiennes de produits maritimes bénéficient d’un soutien inconditionnel de la part du gouvernement fédéral. Elles comblent une demande mondiale en exaltation et renflouent les poches de l’État. Grâce à leurs avancées technologiques, elles ne cessent de multiplier les débarquements de poissons et de fruits de mer. Ses sociétés vendent leurs produits sur les marchés internationaux des sushis et sashimis (quand il s’agit de produits de grande valeur commerciale) ou directement en congelés dans la grande distribution. Le cours de leurs actions en bourse en dit long sur leur bonne santé économique, malgré la crise pandémique qui paralyse l’économie mondiale.

Le transformateur et distributeur canadien de fruits de mer, High Liner Foods (TSX:HLF), incarne parfaitement cette bonne santé économique. Hormis le fait que son cours d’action est sur une très bonne lancée depuis un an, la société arrive aussi à maintenir ses prévisions de bénéfices stables. Ce qui lui assure un bel avenir. Au fil du temps, la valeur intrinsèque de l’entreprise n’a cessé de s’améliorer. Les analystes jugent les performances de l’entreprise comme étant remarquables et estiment que sa capacité bénéficiaire à long terme est très attractive.

À l’image de High Liner Foods, Clearwater Seafood (TSX:CLR) se porte bien aussi ! mais ce n’était pas acquis, car la société a dû faire face aux impacts de la pandémie sur le secteur de la restauration. Bien que ses volumes de ventes aient diminué, la société a pu miser sur ses consommateurs traditionnels du commerce de détail et a su tirer son épingle du jeu. Pour son troisième trimestre, Clearwater Seafood a annoncé un résultat positif de 3,4 millions de dollars canadiens, et de 6,4 millions de dollars pour ce qui est de la période écoulée en 2020.

Au regard de leurs performances remarquables sur les marchés boursiers, les entreprises de produits de mer canadiennes (comme le gouvernement) sont tenues de prendre les conclusions d’Oceana Canada au sérieux, si elles veulent continuer de briller. L’organisme, qui tire la sonnette d’alarme, donne du temps à ces sociétés de se réorganiser en termes de volume de production d’une part, et de choix de population de poissons et fruits de mer à exploiter.

(Image présentée par Anestiev via Pixabay)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.