mai 17, 2022 5:15 PM

Le programme de véhicules électriques de l’Ontario ne mène-t-il nulle part ?

Alors que le 21e siècle a vu le monde se tourner vers une position et un mouvement plus respectueux de l'environnement et de la société, de nombreux pays ont commencé à adopter de nouvelles technologies susceptibles de contribuer à ces progrès. L'an dernier, l'Ontario a été le premier à adopter les véhicules électriques au Canada.

/ Publié le janvier 2, 2019

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Alors que le 21e siècle a vu le monde se tourner vers une position et un mouvement plus respectueux de l’environnement et de la société, de nombreux pays ont commencé à adopter de nouvelles technologies susceptibles de contribuer à ces progrès, en donnant la priorité à celles qui peuvent aider à atténuer des problèmes mondiaux comme le réchauffement climatique. Les voitures électriques existent depuis un certain temps déjà, mais ce n’est que depuis quelques années que ces véhicules électriques occupent le devant de la scène, le Canada étant l’un des pays qui s’y sont attachés. Bien sûr, étant donné la renommée mondiale du secteur technologique canadien, il n’est pas surprenant que le G7 déploie des efforts considérables pour adapter davantage les véhicules électriques. En fait, un précédent rapport réalisé par la Fleetcarma canadienne L’adoption des véhicules électriques a connu une croissance significative au cours de l’année dernière dans le pays, avec une augmentation des ventes de 68 % l’an dernier, soit l’équivalent de près de 50 000 véhicules rechargeables. La majeure partie de l’augmentation peut être attribuée à une hausse de 120 % en Ontario, qui a entraîné des ventes dans tout le pays.

L’Ontario et ses véhicules électriques en 2018

Cependant, malgré la croissance évidente observée l’année dernière, 2018 s’est quand même accompagnée de défis et d’obstacles, en particulier pour les véhicules électroniques. Le début de l’année a été marqué par l’échec et l’annulation de programmes dans la province. Cependant, l’Ontario n’est pas très enclin à abandonner, et la province espère toujours un second coup de pouce de son propre gouvernement fédéral.

Au début de l’année, le Toronto Sun a enquêté sur le Programme de l’Ontario sur les chargeurs pour véhicules électriques, à l’origine, l’objectif de ce réseau était de “permettre aux conducteurs de véhicules électriques de se déplacer entre et dans les villes”, ainsi que de stimuler les ventes de voitures électriques et de “lutter contre le changement climatique

Cependant, l’enquête a révélé que seulement la moitié des stations de recharge (55 %) ont été construites en mars 2017. En outre, selon les clients, les stations de recharge financées par le gouvernement sont souvent inutilisées, tandis que d’autres sont soit fréquemment en panne, soit dans un état de délabrement avancé. La raison en est qu’à l’heure actuelle, le gouvernement n’est toujours pas en mesure de déterminer si ces stations de recharge sont utilisées ou simplement négligées.

Selon le président de la Toronto Electric Vehicle Association, Paul Raszewski, la première étape consiste à pousser le gouvernement à lancer des programmes d’incitation qui peuvent aider les conducteurs de ces véhicules électriques.

Il a déclaré : “Ce serait bien que le gouvernement provincial actuel fasse respecter les contrats signés par le gouvernement précédent pour s’assurer qu’ils seront construits, mais nous ne dépensons pas notre énergie pour cela“. Il ne fait aucun doute que l’utilisation des véhicules électriques va prendre de l’ampleur dans un avenir proche, mais d’ici là, il semble qu’il faudra d’abord franchir quelques obstacles.

___

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.