janvier 27, 2022 2:25 PM

Bombardier se félicite du blocage de la fusion entre Siemens et Alstom

Le choix de la Commission européenne de bloquer la fusion de l'allemand Siemens et du français Alstom a laissé les deux sociétés et les gouvernements des deux pays mécontents. Toutefois, le concurrent Bombardier se félicite de cette décision. La fusion a été présentée comme une tentative d'équilibrer le pouvoir de la China Rail Construction Corporation.

/ Publié le avril 11, 2019

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin
Share on whatsapp

Le choix de la Commission européenne de bloquer la fusion de l’allemand Siemens et du français Alstom a laissé les deux sociétés et les gouvernements des deux pays mécontents. Toutefois, le concurrent Bombardier se félicite de cette décision. La fusion a été présentée comme une tentative d’équilibrer le pouvoir de la China Rail Construction Corporation. Mais, étant donné que Bombardier espérait autrefois fusionner avec Siemens et que China Rail a reçu beaucoup de technologie de pointe de Siemens et d’autres entreprises européennes, toute la situation ressemble à un gâchis compliqué que les parties concernées ont elles-mêmes provoqué.

Bloquer la fusion

Mercredi 6 février, les autorités antitrust de l’Union européenne ont bloqué la fusion de Siemens et d’Alstom, les laissant revenir à leur position concurrentielle, à moins qu’ils n’adoptent une vision à long terme et continuent à travailler pour la fusion. Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la concurrence, a déclaré que de telles décisions ne sont “pas éternelles” et que les deux entreprises pourraient revenir ultérieurement avec de nouvelles solutions. Toutefois, les gouvernements français et allemand semblent tous deux prêts à faire pression pour que les règles soient modifiées afin de permettre la fusion à l’avenir.

L’idée, soutenue par les deux entreprises et les deux gouvernements, était de créer une entreprise européenne qui pourrait concurrencer la China Rail Construction Corporation (CRCC), beaucoup plus importante. Le fabricant canadien de trains Bombardier, Inc. (TSE:BBD-B), le plus grand fabricant d’Amérique du Nord, a applaudi cette décision. Toutefois, cela pourrait bien être dû au fait qu’il avait espéré fusionner avec Siemens et qu’il a été laissé à l’écart pour se débrouiller seul.

Étant donné que les trois entreprises ont collaboré à divers accords au fil des ans, on pourrait considérer cette situation comme une situation où les ennemis travaillent ensemble en fonction de leurs propres intérêts, mais ne peuvent rien assumer au-delà de ce qui est finalisé et convenu. Toutefois, la combinaison de Siemens et d’Alstom aurait créé une société dont le chiffre d’affaires s’élèverait à environ 22,5 milliards de dollars, contre 8,5 milliards de dollars pour la division transport de Bombardier. Les analystes voient surtout cette décision comme un avantage pour Bombardier.

La Chine se dote d’une technologie ferroviaire avancée

Cela fait un peu plus d’une décennie qu’Alstom et Siemens n’ont pas annoncé avec enthousiasme leur intention de faire des affaires en Chine. Tous deux ont obtenu des contrats en 2004 et 2005 pour la fourniture de trains à destination de la Chine. Toutefois, en signant l’accord, ils ont également accepté de transférer des technologies aux Chinois. En choisissant de remettre leur meilleure technologie, ils ont donné à la China CNR Corp. qui a fusionné avec CSR Corp. et est devenue CRRC Corp. CRRC est aujourd’hui le plus grand fabricant de trains au monde et l’Europe a contribué à créer les bases de cette avance.

Pourtant, Siemens et Alstom se portent plutôt bien et un analyste de Bloomberg Opinion souligne que les énormes revenus de la CRRC proviennent en grande partie du marché intérieur chinois. Cet analyste et d’autres soutiennent que Bombardier est une plus grande menace pour les deux entreprises que la CRRC. Il semble donc que les deux sociétés comptaient un peu sur la peur pour obtenir le feu vert pour créer ce qui serait devenu la compagnie de train occidentale dominante.

Bombardier a ses propres problèmes

Pour sa part, Bombardier est peut-être son propre pire ennemi. En raison de ses difficultés à respecter les délais, Bombardier a été écartée pour un accord allemand et est en attente avec la Transit Authority de New York, les Chemins de fer fédéraux suisses et la Compagnie nationale des chemins de fer français jusqu’à ce qu’elle résolve ses problèmes de livraison de leurs trains. En outre, des problèmes de qualité ont été soulevés par les trois nations. Cette situation est probablement la raison pour laquelle Bombardier a nommé Danny Di Perna à la tête de l’unité de transport le 7 février dernier.

Étant donné qu’environ 50 % des revenus de Bombardier proviennent de sa division transport, son nouveau dirigeant a du pain sur la planche. L’action se négociait autrefois à plus de 25 dollars et, depuis les années 90, elle est progressivement descendue à 2 dollars. Un analyste de Motley Fool affirme que, malgré les bas niveaux, même les opposants devraient se méfier. Un autre note que tant que Bombardier n’aura pas montré qu’elle est capable de faire le travail, “les investisseurs devraient considérer toutes les autres opportunités de croissance qui sont disponibles sur le marché en ce moment”.

Cette situation plutôt triste pour le plus grand fabricant de trains d’Amérique du Nord suggère que même s’ils n’avaient pas espéré fusionner avec Siemens, ils seraient heureux que la fusion Siemens/Alston soit bloquée. Lorsqu’une entreprise ne peut pas être compétitive sur le marché, tout ce qui sape un adversaire l’aidera à survivre à sa propre incompétence. Pour l’Union européenne, la fusion aurait créé une entreprise dominante sans que l’on s’attende à de nouveaux concurrents en plus de ceux qui sont déjà en concurrence. Et ce serait une situation malsaine pour ceux qui comptent sur l’évolution de leurs services.

___

(Image présentée par olrat via Shutterstock)

AVERTISSEMENT : Le présent article a été rédigé par un contributeur tiers et ne reflète pas l’opinion de CAStocks, de sa direction, de son personnel ou de ses associés. Veuillez consulter notre clause de non-responsabilité pour plus d’informations.

Cet article peut contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots “croire”, “projeter”, “estimer”, “devenir”, “planifier”, “vouloir” et autres expressions similaires. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus ainsi que des incertitudes, y compris ceux qui sont abordés dans les mises en garde suivantes et ailleurs dans cet article et sur ce site. Bien que la société puisse croire que ses attentes sont basées sur des hypothèses raisonnables, les résultats réels que la société peut atteindre peuvent différer matériellement des déclarations prospectives, qui ne reflètent les opinions de la direction de la société qu’à la date des présentes. En outre, veuillez vous assurer de lire ces informations importantes.

Copyright © 2020 CA Stocks. All Rights Reserved.